LA PSYCHANALYSE

Posté par sylvie le 22 juin 2017

LA PSYCHANALYSE

La psychanalyse est une méthode thérapeutique visant à soulager les souffrances de l’individu.

 

Qu’il s’agisse de complexes d’inferiorité, d’angoisses, de phobies, de névroses ( trouble mental), de déviations, d’obsessions…les atteintes de l’ame humaine sont multiples.

 

La psychanalyse se propose de faire remonter du gouffre de l’inconscient les causes, l’origine du mal-être. C’est une méthode destinée à réveler des éléments que l’on croit oubliés, à les faire réapparaitre au grand jour afin de les identifier et de les comprendre.a tache s’annonce souvent longue et difficile, les chemins de la connaissance ne s’ouvrent pas aisément à nous, car en général nous refusons de nous avouer à nous mêmes les préoccupations de notre inconscient, nous les refoulons dans les abysses de notre esprit.
Leur exploration, comme leur remontée à la surface représente un travail long ,pénible , mais indispensable car la prise de conscience pour la psychanalyse est la clé de la guérison. L(investigation psychanalytique n’est pas une recherche de surface, elle s’adresse au plus intime, au plus caché de l’âme humaine, d’où sa première  appellation de  » psychologie des profondeurs ».

 

La cure psychanalytique consiste à donner du sens ou transformer en état conscient quelque chose que nous conservons dans les profondeurs de notre esprit et qui nous fait du mal. La guérison passe donc par une prise de conscience de ce qui nous perturbe, des souvenirs que nous croyons endormis mais qui, en réalité, s’actualisent, agissent en nous, et nous rongent. Le patient doit retrouver lui même les préoccupations de son inconscient; il est l’acteur principal de son analyse, il est l’analysant ,celui qui l’écoute est l’analyste .L’action entreprise est l’analyse dite aussi analytique.

 

Une cure psychanalytique n’est pas le fruit du hasard. Elle est menée par une personne qui a suivi une solide formation fondée sur des connaissances positives. La psychanalyse est avant tout l’application d’un savoir, meme si l’interpretation donne lieu parfois à des tatonnements qui peuvent paraître intuitifs au profane. Le psychanalyse n’a rien d’un devin, ni d’un sorcier, ni d’un magicien. Le patient, lors du premier contact, formule sa demande ,se fait connaitre, raconte son histoire, du moins celle qu’il a dans sa conscience.

 

La première regle à respecter est celle de la libre association, le patient doit parler librement de  » tout ce qui lui passe par la tete » meme si cela lui parait absurde ou incoherent. Il doit appliquer la regle de non omission, c’est à dire ne rien dissimuler. ;à la faveur de l’association, de l’évocation automatique, spontanée une préoccupation inconsciente peut passer à travers le filtre et parvenir à la conscience.

 

QUELLES SONT LES REACTIONS DU PATIENT ? : Il est difficle de parler seule, et même si le psychanalyste intervient, comme pour relancer la recherche quand elle semble s’essouffler, le patient s’arrete souvent. Tout se passe comme si une force cachée s’opposait à la remontée du souvenir obsédant surtout s’il évoque une scene ou situation ayant provoqué un traumatisme. Ces silences, ces freins, ces retards dans l’analyse constituent ce que l’on appelle des  » résistances », le patient s’oppose à lui meme, à son propre effort.
Le psychanalyste n’intervient pas, parfois son silence peut déconcerter, car le patient attend en général un réconfort Mais conseiller ou diriger le patient serait rompre avec la règle de spontaneité de la cure en établissant une relation concrète, de pluscela risquerait de de provoquer l’opposition du patient ou bien encore de lui faire perdre son autonomie,de le mettre en état de dépendance. Mais en aucun cas le psychanalyste demeure passif,il part à la recherche de fissures propres à ébranler la forteresse de l’inconscient. Il guette, afin de les saisir comme par surprise les manifestations de l’inconscient dans la vie quotidienne; en revanche, le psychanalyste ne porte pas de jugement et jamais il ne se pose en moralisateur. Il fait part de ses interpretations au patient au moment choisi par lui et qu’il estime favorable.

 

Une cure est longue, la progression dans les mystères de l’inconscient est longue et difficile,l’accelérer  serait une erreur, il faut progresser par petites touches.

 

Plus qu’une démarche purement intellectuelle, l’analyse est avant tout une expérience personnelle, elle se vit, le patient change, il se réalise, se révèle à lui meme et aux autres sous son vrai jour, sous son véritable aspect qu’il maintenait en sourdine dans la prison de sa souffrance, il libere sa personnalité inconnue de lui et des autres,et son changement est en quelque sorte une renaissance avec un réajustement des défenses de meilleure qualité et d’investissement sublimant les pulsions de vie .

 

 

BEAU REGARD 9

Publié dans PSY | Pas de Commentaire »

LES SOUVENIRS D’ENFANCE PENDANT UNE ANALYSE

Posté par sylvie le 10 juin 2017

Une question que l’on se pose souvent : pendant un traitement psychologique, recherche t-on systématiquement les moindres souvenirs d’enfance.

Chacun de nous , à chaque seconde de sa vie est la résultante de ce qu’il a été depuis sa naissance. Chaque moment que nous vivons est l’aboutissement inexorable des millions d’autres moments ( conscients ou inconscients) qui l’ont précédé. De même, le moment que nous vivons devient le point de départ de millions d’autres moments de notre vie ( et de la vie de ceux que nous côtoyons).

Dès notre naissance, chacun de nos actes tisse une gigantesque trame.  De plus, nous sommes engages par les actes de nos parents , les actes des parents de nos parents, etc.. Nombre de personnes croient qu’en analyse, on fouille systématiquement les moindres recoins de l’enfance, exactement comme on chercherait un cheveu dans un champ… C’est absurde. Ceci dit, certains digèrent plus ou moins  leur passé. D’autres le vomissent. D’autres ont eu un passé développant parfaitement  leur personnalité…Certains demeurent accrochés à leur passé, restent infantiles … D’autres non. Certains accumulent des lambeaux de leur passé dans un vieux sac enfoui dans l’inconscient.

Enfin il n’y a pas , dans le passé d’un homme une série de souvenirs, mais une masse considérable de situations. Ces situations sont familiales, sociales, culturelles etc… Au début d’une analyse, chaque personne ” démarre” de façon différente. Certains patients découvrent une masse de souvenirs, parlent de leurs parents, de leur traumatismes d’enfance,et.. D’autre, par contre, disent : ” je n’ai aucun souvenir, je ne me souviens de rien, je n’ai rien à dire, c’est un trou noir … ” De toutes façon, une personne qui arrive à l’âge adulte est affligée d’une personnalité infantile relativement grande, et d’un ” Moi” relativement fort. Le rôle de la psychologie est donc d’éliminer les infantilismes et de renforcer ” le Moi” : donc la personne adulte.

En analyse, chacun est absolument libre de dire tout ce qui lui passe par la tête.. Par conséquent , telle personne va commencer par tous les souvenirs d’enfance conscients qui se présentent. Et cela pour plusieurs raisons : soit parce que cela lui vient à l’esprit, soit parce qu’elle cherche avant tout un ” bouc émissaire” auquel elle puisse endosser tous ses maux. Elle considère que c’est uniquement sa situation passée qui l’a mise dans son état actuel,mais elle ne se demande pas pourquoi à l’âge adulte elle a continué à souffrir de névrose , alors que les causes premières ont disparu.

De toutes façons, le ” raclage” des souvenirs d’enfance reculés est parfois indispensable. Mais qu’est ce qui compte chez une personne atteinte de névrose ? C’est évidemment sa souffrance actuelle, ses symptômes actuels, la façon dont elle réagit actuellement  dans la vie, son inadaptation sociale actuelle…..Mais d’un autre coté ce qu’elle a est actuellement dépend de ce qu’elle a été été pendant son enfance et son adolescence..

En début d’analyse, il s’agit de faire la synthèse de ce que la personne possède (mentalement). Quelle est la force de son “Moi”, quelles sont ses défenses caractérielles? Quelle est l’essence de sa névrose ?  a quoi sert sa névrose ? Quel est son degré d’angoisse ? Pourquoi a t-elle de l’angoisse ? Toutes ces questions sont évidemment primordiales… Peu à peu, à partir de sa situation actuelle, le patient va établir des ” connexions ” avec le passé..

En résumé, il faut examiner avant tout la situation et les souffrances actuelles de la personne, en fonction de l’enfance et de l’adolescence. Il ne faut jamais oublier qu’une vie humaine forme une totalité et que tout ce qui se passa dans notre vie s’inscrit en nous à tout jamais. Une étude a montré que certaines personnes ne consultent pas, justement, par peur de faire remonter tout ce qu’elles ont de douloureux et d’enfoui, et q’elles espèrent maintenir fermement sous un couvercle tant elles ne veulent pas s’y confronter.Pour d’autres,elles arrivent à « tenir » toute leur vie sans problème apparent.Une autre catégorie de personnes tiennent avec parfois des « remontées »de traumatismes anciens mais sans conséquences essentielles, et enfin la dernière catégorie décompensent un jour à l’occasion d’un « rappel » auquel elles ne peuvent se soustraire  et sont obligées de consulter.

 

 

regards

 

Publié dans PSY | Pas de Commentaire »

NATURE

Posté par sylvie le 7 mai 2017

Notre terre, vivifiée par la nature et revêtue de sa robe de noces au milieu du cours des eaux et du chant des oiseaux,

 

Offre à l’homme dans l’harmonie des trois règnes, un spectacle plein de vie, d’intérêt et de charme,

 

le seul spectacle au monde dont ses yeux et son cœur ne se lassent jamais.

 

(JEAN-JACQUES ROUSSEAU)cabane au bord de l'eau beaute de la nature

 

 

Publié dans nature | Pas de Commentaire »

PRIERE DU PRINTEMPS

Posté par sylvie le 26 mars 2017

PRIERE DU PRINTEMPS

Partout paraît le vert de la végétation nouvelle…

Le vert clair se superpose au vert foncé du pin, du sapin-cigue, de l’épicéa et du cèdre.

L’aulne est déjà en fleurs.

Le caroubier est en retard, comme d’habitude.

Partout et toujours règnent le chant des oiseaux..

Les abeilles envahissent le verger,

Le raton laveur  furetant à la nuit tombée;

Le ver creusant son tunnel dans le jardin,

les poulets et les lapins picorant et grignotant,

Les chèvres étirant leur cou pour atteindre de nouvelles délices

Tous symbolisent l’omniprésence énergie de la vie.

O mon Dieu

,Puissions nous aujourd’hui être touchés par la grâce, fascinés et émus par ta création,

énergisés par la puissance de la végétation nouvelle à l’œuvre sur notre planète

Puissions nous , au lieu de contempler ce monde comme un tableau :

Le toucher et être touché par lui.

Le connaître et être connu de lui.

L’aimer et être aimé de lui ..

   Tiré du psautier Chinook

chemin fleuri

Publié dans nature | 1 Commentaire »

LA SAGESSE

Posté par sylvie le 5 mars 2017

LA  SAGESSE

 

La sagesse c’est être attentif aux messages de son cœur, c’est être à l’écoute de soi, à l’écoute de l’autre. Mais comment parvenir à entendre ces messages dans ce vacarme permanent, dans ce rythme quotidien qui ne nous laisse que peu de chances de nous retrouver, de faire le point sur ce que nous ressentons, sur ce que nous désirons vraiment, sur ce qui est est essentiel pour nous?

Faute de temps, faute de regard, faute d’écoute,nous perdons notre vraie richesse. Nous nous appauvrissons un peu plus chaque jours et notre vérité devient aridité. Plus rien ne peut pousser ni pour soi, ni pour l’autre et l’on ne donne plus puisqu’on n’a plus rien à donner .

La sagesse, c’est tenter de développer l’harmonie avec soi bien sur, mais aussi avec l’autre. Tenter d’intégrer les contraires, souvent faces opposées d’une même vérité, plus complémentaires que contradictoires. La sagesse est ouverture, rigueur, courage, endurance, engagement, humilité. Elle est apprendre et comprendre, mais comprendre de tout son être.

 

 

QUELQUES CITATIONS :

 

 » on ne reçoit pas la sagesse. Il faut la découvrir par soi même après un trajet que personne ne peut faire pour nous »           MARCEL PROUST

« Tu me dis…… j’oublie

 tu  m’enseignes ….Je me souviens

Tu m’impliques …….j’apprends.      

                               BENJAMIN FRANKLIN

On n’enseigne pas ce que l’on sait,

on n’enseigne pas ce que l’on veut,

on enseigne ce que l’on est ….       JEAN JAURES 

  

Ce qui compte avant tout dans l’effort, c’est avant tout l’action plutôt que le résultat.

Fais donc ton devoir sans te préoccuper de ce qu’il en résulte, de son aboutissement bon ou mauvais.Dans la seule sagesse tu trouveras ton refuge sans penser à l’issue,source de maux et de misère.Le sage ne se soucie ni du bon ni du mauvais en ce monde. ….L.VAN BETHOVEEN

Donne tes mains pour servir et ton cœur pour aimer ……..MERE TERESA

belle photo

On ne voit bien qu’avec le cœur  ,l’essentiel est invisible pour les yeux…ST EXUPERY

Pour obtenir une vérité quelconque sur moi, il faut que je passe par l’autre.   J.P.SARTRE

 

 

 

 

 

 

 

 

               

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans PHILOSOPHIE | Pas de Commentaire »

MA PENSEE DU SOIR

Posté par sylvie le 12 février 2017

Les évènements de la vie quotidienne, les petites comme les grandes choses, vous savez…. tous ces petits détails qui se passent tous les jours, comme quand quelqu’un vous offre un sourire, vous dit bonjour ou lorsque vous voyez un oiseau s’envoler, les branches d’un arbre danser avec le vent, mais aussi regarder les gens vivre…,l’un attend le bus…. l’autre sert un café sur une terre… une vieille dame traverse la route avec grande difficulté …chacun occupé à vivre …

 

Tous ces petits détails, ces petites choses sont merveilleuses, elles portent en elles toute la beauté du monde parce qu’elles sont la  continuité de la vie.

 

La vie s’exprime à travers tout cela, à chaque instant.

 

La même vie qui coule en nous, qui nous anime et fait être ce que l’on est, un être vivant qui permet à la vie de s’exprimer.

 

solitude

Publié dans PHILOSOPHIE | Pas de Commentaire »

ETRE SOI MEME

Posté par sylvie le 22 janvier 2017

Etre soi meme

 

Des gens uniques, de par le monde,

Il en nait à chaque seconde.

Chacun de nous porte en soi

Une chose que les autres n’ont pas.

Les défauts et les qualités

Font un cocktail à mélanger

pour obtenir ce petit gout

Celui qui n’appartient qu’à nous.

 

 

Les etres humains sont si divers

Qu’il y aura toujours sur la terre

Quelqu’un qui trouvera en nous

Ce qui lui manque par dessus tout

 

 

Certains recherchent leurs contraires,

D’autres c’est leurs semblables qu’ils préfèrent

Mais l’important c’est d’arriver

A s’accepter tel que l’on est.

 

Et chercher à s’améliorer

n’est pas forcément tout changer

Quand on commence à s’apprécier,

L’entourage l’a vite remarqué

Il essaie de savoir pourquoi

On est tellement sur de soi.

 

Et tous ces gens qu’on admirait,

Finissent par nous envier,

Car eux aussi ils cherchent ailleurs,

Ceux qu’ils possèdent à l’intérieur.

 

rire

 

Publié dans PHILOSOPHIE | 2 Commentaires »

J AIME

Posté par sylvie le 12 janvier 2017

J’aime ces doux oiseaux, qui promènent dans l’air
Leur vie et leur amour, et plus prompts que l’éclair,
Qui s’envolent ensemble !
J’aime la fleur des champs, que l’on cueille au matin,
Et que le soir, au bal, on pose sur son sein
Qui d’enivrement tremble !

OISEAUX CC

J’aime les tourbillons des danses, des plaisirs,
Les fêtes, la toilette, et les tendres désirs
Qui s’éveillent dans l’âme !
J’aime l’ange gardien qui dirige mes pas,
Qui me presse la main, et me donne tout bas
Pour les maux un dictame !

J’aime du triste saule, au soir muet du jour,
La tête chaude encor, pleine d’ombre et d’amour,
Qui se penche et qui pense !
J’aime la main de Dieu, laissant sur notre coeur
Tomber en souriant cette amoureuse fleur
Qu’on nomme l’espérance !

J’aime le doux orchestre, en larmes, gémissant
Qui verse sur mon âme un langoureux accent,
Une triste harmonie !
J’aime seule écouter le langage des cieux
Qui parlent à la terre, et l’emplissent de feux
De soleil et de vie.

J’aime aux bords de la mer, regardant le ciel bleu,
Qui renferme en son sein la puissance de Dieu,
M’asseoir toute pensive !
J’aime à suivre parfois en des rêves dorés
Mon âme qui va perdre en des flots azurés
Sa pensée inactive !

REVEUSE

J’aime l’effort secret du coeur, qui doucement
S’agite, la pensée au doux tressaillement,
Que l’on sent en soi-même !
Mieux que l’arbre, l’oiseau, la fleur qui plaît aux yeux,
Le saule tout en pleurs, l’espérance des Cieux…
J’aime celui qui m’aime.

Publié dans POESIE | 2 Commentaires »

MA CITATION DU SOIR

Posté par sylvie le 29 décembre 2016

Soyons reconnaissants aux personnes qui nous donnent du bonheur,

Elles sont les charmants jardiniers par qui nos âmes sont fleuries.

MARCEL PROUST

=image enfants

Publié dans PHILOSOPHIE | 1 Commentaire »

PETITE PENSEE DU SOIR

Posté par sylvie le 27 novembre 2016

BANNIR DE SON ESPRIT  LES PENSEES NEGATIVES EN PARTICULIER AU LEVER ET AU COUCHER.

 

Dès qu’elles se présentent à notre réveil, ces petites phrases stériles martèlent notre esprit et ruinent notre énergie. Le soir, juste avant de rejoindre les bras de Morphée, elles assombrissent notre paysage mental, pouvant même nuire dans certains cas à notre endormissement ou à la qualité de notre sommeil.

 

Ces deux moments clefs- que sont notre première pensée du matin et la dernière pensée du soir au coucher- sont fondamentaux pour ancrer dans notre esprit du positif. Se dire , à ce moment là, une phrase tant sincère que bienfaisante ou se représenter une image stimulante le matin ( un horizon dégagé,une brise légère sur les vagues, une belle plage ensoleillée…) et calmante le soir ( un beau coucher de soleil, un lac tranquille, une forêt silencieuse…) imprègne notre esprit de pensées ou d’images qui agissent comme des semences dans notre vie quotidienne.

 

montagnes enneigées

Publié dans CITATIONS | Pas de Commentaire »

12345...24
 

pas d'histoires entre nous |
journal de la guenon du bou... |
meslivrespreferees |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Because the words are my life
| LA CULTURE ET L'UNIVERSALISME
| ENVIE DE LECTURE