BOUDDHA

Posté par sylvie le 31 mai 2008

BOUDDHA- sage du Vème siècle avant J.C.

Communément appelé Sakyamuni ( le sage du clan des Sakya) il est issu de la noblesse de la principauté de Kapilavastu, sur les confins indo-népalais , et reçoit une éducation guerrière.

A 30 ans, prenant conscience des maux ede l’humanité, il s’exile pour vivre sept ans dans l’errance, l’ascèse, et je jeune. A travers la vision de la totalité de l’univers, il atteint la bODHI, réveil à la connaissance suprême.

Dorénavant, il sera appelé Bouddha  » l’éveille » ou Siddhartha » celui qui a atteint son but », puis il découvre une  » voie moyenne » entre la vaine jouissance et le renoncement . Cet éveil lui apporte la révélation du cycle de réincarnation et de sa dure causalité, mais aussi le dur moyen d’y échapper reposant sur » quatre nobles vérités » qui portent sur l’universalité de la souffrance, son origine,son anéantissement et le chemin spirituel pour y parvenir:

Voulant faire partager ses découvertes, il partit en renonçant à son anéantissement suprême dans le Nirvana.

Ses réflexions nous font réfléchir sur la condition humaine et sur le pourquoi nous sommes là.

QUELQUES UNE DE SES CITATIONS

 » Si la haine répond à la haine comment la haine finira -t-elle ? « 

 » mon action est mon seul bien, mon action est mon héritage »

« Nous sommes ce que nous pensons, tout que nous sommes résulte de nos pensées. Avec nos pensées nous bâtissons notre monde »

« ne demeure pas dans le passé, ne rêve pas du futur, concentre ton esprit sur le moment présent  » .

« j appelle sage celui qui, tout innocent qu’il est, supporte les injures et les loups avec une patience égale à sa force « 

 » le monde est aveugle – Rare sont ceux qui voient  » …

Publié dans PHILOSOPHIE | Pas de Commentaire »

JUNG

Posté par sylvie le 26 mai 2008

LA CONCEPTION DE LA VIE PSYCHIQUE DE JUNG

L’originalité de Jung est d’avoir introduit au-delà de l’inconscient individuel étudié par Freud, l’inconscient collectif qui represente la stratification des expériences millenaires de l’humanité. « si l’inconscient pouvait être personnifie, il prendrait les traits d’un être humain collectif vivant en marge de la specification des sexes, de la jeunesse, et de la vieillesse, de la naissance et de la mort » cette sagesse s’exprime a travers un petit nombre de themes privilégies que Jung nomme archetypes et qui se répetent identiques à eux memes.Les archetypes sont   hereditaires, leur somme represente l’inconscient collectif,ils representent les categories de l’imagination ;

LA METHODE THERAPEUTIQUE DE JUNG

La psychologie psychanalytique, methode thérapeutique mise au point par Jung a pour but de permettre à l’homme de renouer avec les racines de lui même, c’est à dire avec son inconscient. Jung considere que l’homme en integrant à son moi l’anima et l’ombre, et en prenant conscience des exigences des archetypes en lui , peut acceder à la totalité de sa personnalité consciente et inconsciente qu’il appelle le « soi » . L’acces au  » soi  » est le résultat d’une maturation psychologique de longue haleine, nécessitant une profonde réflexion sur soi meme et qui ne va pas sans angoisse, que le therapeute aide à supporter en faisant accepter au patient les aspects peu favorables de lui meme.

Jung a mis au point la technique des associations libres afin de faciliter l’acces à l’inconscient. Le therapeute lit une liste de mots inducteurs auxquels le patient doit répondre immédiatement par les premiers mots qui lui passent par la tete. Un retard à fournir une réponse ,, une association inhabituelle, des signes d’émotion ou l’oubli d’une association fournie peuvent indiquer que le mot inducteur  évoque une zone complexuelle ou complexe  . Lorsqu’il a cerné une zone comple, il peut en fournissant lui meme des associations judicieuses aux associations de son patient amener celui ci   à une plus forte décharge émotionnelle et permettre ainsi une prise de conscience plus nette du contenu psychique refoulé.

Jung , tout comme Freud, considere que le rêve est une voie d’accès sans pareille à l’inconscient individuel , car il peut exprimer des figures archetypes. Le rêve, expression de la sagesse de l’inconscient collectif, est une tentative pour résoudre les conflits psychiques, ce qui lui confere sa valeur prémonitoire.

Publié dans PSY | 3 Commentaires »

FREUD

Posté par sylvie le 17 mai 2008

SIGMUND FREUD

1856-1939

Neurologue et psychiatre autrichien

Neurologue et psychiatre autrichien d’origine juive, Freud est père de la psychanalyse, moyen de guérir les névroses par l’analyse psychique qu’il définit comme étant à la fois une méthode d’investigation des processus mentaux, une méthode thérapeutique et une théorie du fonctionnement psychique.

Cette théorie lui permet également de donner une explication des phénomènes collectifs comme l’interdit de l’inceste et une analyse intéressante de la religion. Il est athée! il mener un combat contre la religion qu’il considere comme un obstacle à l’intelligence humaine et à son développement.

                                – - – - – - – - – - – - – - – -

Il naquit à Freiberg dans une famille de commerçants juifs, c’est à Vienne ou ses parents s’installèrent lorsqu’il avait cinq ans  qu’il est sa vie et sa carrière de savant.

Quoi qu’il en soit de l’importance de son oeuvre, sa situation familiale singulière et sa judéité le marquèrent profondément – .

Mu par une intense soif de savoir, il s’inscrit à la fac de médecine de l’Université de Vienne où il suit les cours de sciences naturelles et un peu de philosophie. ? Il sera relevé de Brucke ( institut de physiologie) auprès de qui se précise sa formation de savant materialiste. Il est reçu à 25 ans docteur en medecine . 

Par goût et formation,plus chercheur et savant que médecin  il se voit contraint de recourir à la pratique médicale malgré lui,et pourtant grâce à cette obligation que Freud commence à devenir Freud. 

Sa pratique médicale le met surtout en contact avec des patients qui ne sont pas des malades  » officielle »       mais qui     sont victimes d’un mal-être se traduisant par des comportements hystériques ou des troubles névrotiques.   Que la cause des névrose comme l’hystérie soit d’origine sexuelle, c’est ce que quelques soupçonnaient sans oser l’admettre.  L’origine de la psychanalyse freudienne est bien d’abord dans ce courage d’accepter le tout de l’observation et de l’expérimentation et d’en constituer l’explication.

A lage de 40 ans, père de cinq enfants, mais noué par plusieurs problèmes qui le mettent dans un état de malaise  et d’angoisse proche de ses patients névroses, il entreprend une auto-analyse par le biais de ses rêves et de ses actes manques et découvre ainsi la psychanalyse.

 » SES CITATIONS »

C’est en pleine lumière que l’on triomphe du désir »

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

LE REVE ET LA REALITE

Posté par sylvie le 13 mai 2008

LE RÊVE ET LA RÉALITÉ

Quelle preuve avons nous que nous ne sommes pas en ce moment précis en train de rêver ou de faire un cauchemar ?En effet, puisque dans le temps où nous rêvons nous croyons presque toujours que nous sommes dans la réalité; qu’ est ce qui nous prouve inversement que nous ne sommes pas dans le rêve ?

Il s’ agit d’ un argument qui vise à ébranler la certitude que nous pouvons avoir au sujet de la réalité. En général, on y répond ainsi : dans les rêves  les choses et les événements sautent du coq à l’ âne. Ils ne forment pas de cohérence d’ ensemble. Et puis dans un rêve, nous n’avons pas de communication avec les autres. Certes nous voyons des figures dans nos rêves, mais elles n’ existent que par rapport à nous, elles ne possèdent aucune  autonomie.

Il y’ aurait donc deux critères pour distinguer la réalité d’ un rêve :

- la cohérence des représentations

- la communication avec autrui.

Ces deux critères sont ceux de la raison. La raison est une façon de penser les choses qui est à la fois cohérente, logique et acceptable par d’autres consciences.

Un vieux philosophe grec disait  que tant qu’ils sont éveillés, les hommes vivaient dans le même monde, mais lorsqu’ils dorment ils vivent dans un monde différent.

Entre la raison et la croyance il y’a d’abord cette double opposition :

- la raison est logique, alors que la croyance ne l’est pas

-la raison est universelle alors que la croyance est particulière( c’est le cas de la croyance religieuse) ou subjective.

De plus, alors que la raison donne de la réalité extérieure une présentation fidèle, la croyance est issue non pas tellement du monde extérieur que celui qui croit. En d’autres termes, la raison est une faculté objective qui s’efforce de comprendre les choses telles qu’elles sont tandis que la croyance est une formation subjective qui trahit davantage celui qui croit qu’elle ne trahit ce qui existe.

PROCHAIN ARTICLE : la logique et le mythe.

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

QUELQUES BELLES PHOTOS

Posté par sylvie le 13 mai 2008

grece4.jpg           GRECEcoucherdesoleil.jpg               COUCHER DE SOLEIL beauthivernale.jpg                        BEAUTE HIVERNALE essaouira1.jpg                       ESSAOUIRA angolailhadeluanda.jpg                       L’ANGOLA

LA CORDILLERE DES ANDES

66427lacordilleredesandes.jpg

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

HENRY DE MONTHERLANT

Posté par sylvie le 12 mai 2008

HENRY DE MONTHERLANT

Écrivain français

Né à Paris 1895

décéde en 1972

Simple soldat grièvement blessé sur le front en 1918 ,Henry de Montherland voit sa jeunesse marquée par la guerre, et par sa passion pour le sport et la tauromachie.

Avide de dépaysement,il réalise de nombreux voyages ( Italie, Espagne, Afrique du Nord) durant lequel il prend le temps de la méditation. Cette dualité  pour l’action et exaltation des valeurs charnelles d’une part, besoin de spiritualité d’autre part, traverse son oeuvre romanesque puis théâtrale  à partir des années 1940. Ayant rejoint les rangs de la Croix Rouge, il se consacre par la suite à l’écriture de manière exclusive.

En 1962 l’académie Française lui ouvre les portes, honorant par la même un écrivain soucieux d’examiner nos ressorts psychologiques et de rendre compte de la  » Bete » et de l’ »Ange » qui se partagent également notre conscience.

Une de ses citations  »

« Éternité est l’anagrame d’étreinte »

Publié dans LITTERATURE | Pas de Commentaire »

MARTIN HEIDEGGER

Posté par sylvie le 9 mai 2008

MARTIN HEIDEGGER – 1889-1976



- Philosophe allemand

- Fut un penseur de reférence pour une pleiade d’auteurs -

- Pour la philosophie continentale tous les philosophes ont eté formes à la pensee de Heidegger, ou influences par son oeuvre:.Italie, en Allemagne, en Espagne, en Grece, en Roumanie, aux USA , au Canada .

Il fut eleve dans un milieu tres catholique, et fit des etudes de theologie et de philosophie avant d’abandonner la foi . Il dira que celle celle ci est incompatible avec la philosophie.,et la theologie par voie de consequence.

il fut un un professeur considere comme remarquable avant meme d’avoir ecrit, ses cours tranchaient avec la platitude universitaire qu’il attira les etudiants en nombre.Avec lui la pensee redevenait vivante et la philosophie affaire de pensee , non d’erudition academique.

Son oeuvre qui comportera plus de cent volumes quand l’edition sera achevee est en grande partie constituee de ses Cours qui reprennent la comprehension de toute l’histoire de la philosophie. Dans chaque philosophie il pretend debusquer l’impense singulier qui est le sien, du à l’oubli de l’etre, d’ou proviendrait son aveuglement à l’histoire qu’elle contribue pourtant à façonner, promouvant davantage un metaphysique de la volonte dont l’impasse culmine dans « la volonte de volonte » caractereristique du nihilisme accompli. 

Les sources de son oeuvre sont tres diverses, celle ci constitue une vaste relecture de toute l’histoire de la metaphysique occidentale.

En 1933 il est elu recteur de l’universite de Fribourg, – Apres quelques mois de cooperation surle plan administratif, il donne sa demission.

Heidegger est mort en Mai 1976

OEUVRES : 

Essentiellement :

- l’etre et le Temps

- Qu’est ce que la metaphysique

- Kant et le probleme de la metaphysique

-Chemins qui ne menent nulle part

- Qu’appelle t-on penser ?

- Essais et conferences : la question de la technique.

Publié dans PHILOSOPHIE | Pas de Commentaire »

L’IMAGINATION FORCE OU FAIBLESSE

Posté par sylvie le 2 mai 2008

L’IMAGINATION : force ou faiblesse ? 

 

L’imagination trahit l’empreinte du réel  sur l’esprit. Les images qu’elle construit ne sont jamais de pures créations ex nihilo, c’est-à-dire à partir de rien. L’imagination représente, en alliance avec la raison, une force spécifique de l’esprit humain. 

 

LES QUATRES TYPES D’IMAGINATION : 

 

Pour juger de ce que l’imagination a de positif ou au contraire de trompeur, d’illusoire ou de néfaste, il convient au préalable de définir ce qu’est l’acte d’imaginer et de déterminer quels sont les principaux types d’imagination.   L’imagination désigne, pour l’esprit humain, la faculté de produire en pensée des images. Selon les cas, celles-ci représentent un objet absent  mais existant, ou bien proposent le modèle cohérent de quelque réalité qui n’existe pas encore, ou bien encore reproduisent de façon trompeuse le monde extérieur en se substituant à nos perceptions, ou enfin habillent et parent la réalité. 

 

Dans le premier cas, l’acte d’imaginer consiste simplement à reproduire une entité réelle. On parle à ce titre d’imagination reproductrice. Dans le deuxième cas, l’imagination est ce par quoi nous concevons quelque chose de nouveau. 

 

L’imagination constitue une force  lorsque elle conduit l’homme de science vers l’élaboration d’une nouvelle théorie …  Lorsque l’imagination est à l’œuvre dans le délire de la malade victime de ses chimères et qui perd de vue  la réalité, elle se révèle une force destructrice.  On peut parler  alors d’imagination à caractère pathologique, en ce sens qu’elle est l’expression incontrôlée d’un comportement amoral et déréglé de l’esprit humain. Ni force ni faiblesse, l’imagination qui est à l’œuvre dans les rêves, où sont intégrés et mis en scènes des bruits extérieurs détournés de leur contexte se révèle comme une faculté naturelle de l’esprit. 

En ce qui concerne les rêves, la faculté de produire des images et d’inventer des histoires apparaît comme le moyen pour le psychisme d’exprimer des désirs refoulés, et par la, d’évacuer une réelle tension qui menace à terme son équilibre. 

Publié dans PHILOSOPHIE | Pas de Commentaire »

L’INTERPRETATION

Posté par sylvie le 1 mai 2008

Interpreter c’est extraire le sens de quelque chose, qui, ou bien n’a pas de sens apparent, ou bien a un autre sens que le sens apparent.

Que faisons nous lorsque nous conversons avec quelqu’un ? Nous interpretons ses paroles et lui, il interprète les notres. Pas les paroles seulement d’ailleurs: l’attitude générale du corps, les mimiques en disent parfois plus longs que les mots.

Un interprete est un traducteur : il fait passer un message d’une langue à une autre. Un pianiste interpre un morceau de musique à partir de la partition qu’il a sous les yeux ou qu’il a apprise par coeur, un acteur interprete un personnage.

Quel point commun y’a t-il entre le traducteur, le pianiste et l’acteur ? Tous effectuent le passage d’un niveau apparent( ce qui est dit, écrit ou montré) à un niveau caché ( ce qui est signifié par ce qui est , écrit ou montré);lire un livre , écouter une conversation, c’est interpreter.

SENS ET VERITE

2X2 font 4,la terre tourne autour du soleil, l’uranium est l’élément naturel le plus lord, certes ces propositions doivent être comprises mais elles ne donnent pas lieu à un travail d’interpretation . Pourquoi ? Parce qu’elles sont vraies.

Une proposition vraie est nécéssaire(elle ne peut pas ne pas être ce qu’elle est) et universelle ( elle doit être admise par tout le monde) . La vérité est unique en son domaine. Il n’y a qu’une seule réponse vraie à un problème mathematique, alors qu’il en existe une infinité de fausses. Le sens, à la différence de la vérité, est multiple parce que l’interpretation est relative au contexte dans lequelle elle s’effectue;le contexte comprend l’époque, la culture, la personnalité aussi de celui qui interprète. Le sens d’une oeuvre d’art, le sens d’un évenement historique, le sens d’une action politique ne seront jamis les memes pour tout le monde. C’est bien pourquoi les gens se battent sur des questions politiques, alors qu’on n’a jamais vu de mathématiciens trancher au duel ,à l épée, la validité d’un théorème.

Qui dit  » relatif » ne dit pas forcement  » arbitraire » . Aucune interpretation ne jouera au piano de manière identique à un autre, cela ne signifie pas qu’il peut jouer n’importe comment.

Autant il existe des critéres de vérités, autant il n’existe pas de critères pour établir qu’une interpretation est plus  » juste » qu’une autre, mais cela ne signifie pas que toutes les interpretations se valent.

La plupart des symboles sont surdéterminés, c’est à dire qu’ils ont une pluralité de sens. Il n’y a qye  des symboles mathématiques pour etre univoque.

Ainsi le lion par exemple peut symboliser :

- le roi de la forêt,

-une constellation,

- la marque « Peugeot »

-Les Sikhs ( membres d’une religion indienne : singh = lion) la liste evidemment n’est pas close.

PEUT ON DIRE QUE TOUTES LES OPINIONS SE VALENT ?

La réponse à cette question depend du sens qu’on d0nnera au mot opinion; au sens courant , une opinion est un jugement personnel quelconque. Au sens philosophique, introduit par Platon,l’opinion s’oppose au savoir comme l’apparence à la réalité, l’erreur à la vérité.

Si toutes les opinions se valent, cela signifie qu’aucune n’est meilleure ni pire qu’une autre. Consequence: chacun est fondé à émettre l’opinion qu’il désire.  Si toutes les opinions ne se se valent pas, cela signifie qu’un critère objectif permet deles ordonner et de les hierarchiser en bonnes et mauvaises opinions, en meilleures parmi les bonnes et pires parmi les mauvaises.

Publié dans PHILOSOPHIE | Pas de Commentaire »

 

pas d'histoires entre nous |
journal de la guenon du bou... |
meslivrespreferees |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Because the words are my life
| LA CULTURE ET L'UNIVERSALISME
| ENVIE DE LECTURE