• Accueil
  • > Archives pour septembre 2008

BONNE JOURNEE

Posté par sylvie le 17 septembre 2008

Un coucou à tous ….

Serai absente probablement jusqu’à mardi ….

Bonne journée – bisous

Publié dans PHILOSOPHIE | Pas de Commentaire »

LA LIBERTE

Posté par sylvie le 13 septembre 2008

La Liberté,

Ce n’est pas partir, c’est revenir,
Et agir,
Ce n’est pas prendre, c’est comprendre,
Et apprendre,
Ce n’est pas savoir, c’est vouloir,
Et pouvoir,
Ce n’est pas gagner, c’est payer,
Et donner,
Ce n’est pas trahir, c’est réunir,
Et accueillir.

~~~~~~~~~~~~~~

La Liberté,

Ce n’est pas s’incliner, c’est refuser,
Et remercier,
Ce pas un cadeau, c’est un flambeau,
Et un fardeau,
Ce n’est pas la faiblesse, c’est la sagesse,
Et la noblesse,
Ce n’est pas un avoir, c’est un devoir,
Et un espoir,
Ce n’est pas discourir, c’est obtenir,
Et maintenir.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Ce n’est pas facile,
C’est si fragile,
LA LIBERTE

Publié dans PHILOSOPHIE | Pas de Commentaire »

PAUL VALERY

Posté par sylvie le 10 septembre 2008

PAUL VALERY  – écrivain et poete français – 1871 -1945 »

‘ Je classe les livres selon les besoins de les relire qu’ils m’ont plus ou moins inspirés »

Paul Valery entre en 1888 a la faculté de droit et se désinteresse très vite de ses études pour les lettres et la peinture. Passionné de poésie, il décvouvreles symbolises sous l’influence desquels il compose ses premiers vers; il se lie d’amitie avec Louis Lougs qui lui présente Mallarmé et Andre Gide.

La nuit du quatre octobre 1892 à Genes, il traverse une crise passionnelle où il décide de soumettre la sensibilité à la raison et de se consacrer à l’activité intellectuelle.

Installé à Paris, il est rédacteur au Ministère de la Guerre.

Après l’introduction à la méthode de Leonard de Vinci, il renonce à l’écriture tandis que sa renommée croît. Son retour en 1919  avec  » charme » l’impose comme l’un des plus grands poètes français.

Elu à l’Académie française en 1925 il est nommé professeur de poétiques au college Franck et reçoit des funérailles nationales en 1945

Publié dans PHILOSOPHIE | Pas de Commentaire »

TEXTE A MEDITER

Posté par sylvie le 1 septembre 2008

ravie de vous retrouver après ces vacances …

Voici un texte qui m’a interpellé et qui peut concerner tout le monde :

Ne soyez pas trompé par mon visage parce que je porte mille masques
Et aucun n’est mon vrai moi.
N’en soyez pas trompé, au nom de Dieu, je vous en prie.

Je vous donne l’impression d’être sûr de moi,
Plein de confiance et de tranquillité,
Que je n’ai besoin de personne : Ne me croyez pas.

Sous ce masque, il y a le vrai moi, confus, craintif, isolé.
C’est pour cela que je me crée un masque, pour me cacher,
Pour me protéger du regard qui voit.

Et pourtant ce regard est précisément mon salut.
A condition que je l’accepte, s’il contient de l’amour,
C’est la seule chose qui peut me libérer
Des murs de la prison que j’ai moi-même élevés.

J’ai peur de ne valoir rien, de n’être bon à rien,
Et que vous le verrez et me rejetterez.
Alors, commence la parade des masques.
Je bavarde avec vous,
Je vous dis tout ce qui n’est rien,
Et rien de ce qui m’est tout et qui pleure en moi.

S’il vous plaît, écoutez soigneusement et essayez d’entendre ce que je ne dis pas.
J’ai vraiment envie d’être sincère, vrai, spontané, d’être moi-même.
Mais il faut que vous m’aidiez. Il faut que vous me tendiez la main.

Chaque fois que vous êtes bienveillant, doux et encourageant,
Chaque fois que vous vous efforcez de comprendre par véritable intérêt pour moi,
Mon coeur a des ailes, des ailes très faibles, mais enfin des ailes.

Par votre sensitivité, votre sympathie, votre puissance de compréhension
Vous seul pouvez me libérer de l’ombre de mon incertitude,
De ma prison solitaire.

Ce n’est pas facile pour vous,
Car plus vous m’approchez, plus je me défends.

Mais on me dit que l’amour est plus fort que les murs des prisons
C’est en ceci qu’est mon espoir, mon seul espoir.
Essayez, je vous en prie de faire tomber ces murs d’une main ferme
Mais douce, car un enfant est sensible.

Qui suis-je, vous demandez-vous ?
Je suis quelqu’un que vous connaissez très bien.
Car je suis chaque homme, je suis chaque femme que vous rencontrez,
Et je suis aussi VOUS-MEME.

Publié dans PHILOSOPHIE | Pas de Commentaire »

 

pas d'histoires entre nous |
journal de la guenon du bou... |
meslivrespreferees |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Because the words are my life
| LA CULTURE ET L'UNIVERSALISME
| ENVIE DE LECTURE