LE REVE

Posté par sylvie le 26 mai 2014

Tout le monde rêve! même ceux qui prétendent  le contraire. Ils sont simplement trahis par leur mémoire. L’homme de    toujours, cohabite avec le rêve qui fait partie de son bagage initial. Cette expérience a quelque chose d’unique dans la mesure où le rêve appartient au dormeur et à lui    seul.

Le rêve survient pendant le sommeil, c’est à dire au moment où le conscient se trouve endormi. Le rêve, c’est aussi le moment où l’inconscient va s’animer,    s’exprimer, où les pensées n’ayant plus, apparemment, aucune contrainte s’agitent dans tous les sens. Les images qui vont défiler sur l’écran intérieur de notre esprit n’ont souvent aucune    cohérence. Le rêve parait absurde, embrouillé, ce qui rend son récit difficile à raconter,incommunicable en quelque sorte. Parfois, il nous étonne surtout lorsque nous nous voyons tenir un rôle    étrange , qui ne nous ressemble pas,

Le travail de notre inconscient, pendant notre sommeil, se déroule sans que nous le sachions. Toutefois,l’inconscient se trahit en laissant dans notre mémoire,    des traces des activités psychiques nocturnes, un peu comme des empreintes de doigts dans un verre., et le matin nous nous souvenons de nos rêves, même si ce n’est pas pour longtemps.


Comment se fabriquent nos rêves ? Pour Freud, nos rêves proviennent de désirs refoulés,rejetés, qu’il s’agisse des plus lointains, enracinés dans notre enfance, ou es plus proches, ceux de la    veille. Ces désirs refoulés doivent franchir , comme tous ceux qui surgit de l’inconscient,  l’incontournable censure. Cette dernière correspond au jugement du rêveur éveillé qui    repousserait dans le domaine de l’irréalisable tout élément répréhensible sur le plan moral.. Pour franchir la censure, les désirs refoulés vont user de subterfuges, se masquer, se transformer et    adopter une apparence aussi anodine que possible…  Ce déguisement s’avère d’autant plus nécessaire quand le rêve libère des instincts sexuels..
Le langage du rêve ne s’exprime pas ouvertement. Il prend la forme de symboles… Freud les a répertoriés  grâce aux confidence de ses patients par fréquence d’apparition..


Schématiquement les objets allongés comme les bâtons, les couteaux,  représentent l’organe génital masculin. En revanche, les boites, les vases, les armoires, les tiroirs  et tous les    objets creux figurent le corps féminin…. Les symboles rendent souvent les rêves difficilement déchiffrables.. leur liste est longue et il faut éviter la systématisation de leur interprétation.    L’âme humaine  ne dévoile pas facilement ses secrets..

 

jeune fille rêveuse

Publié dans PSY | Pas de Commentaire »

LA MER EN COLERE

Posté par sylvie le 1 mai 2014

diguelomener1280.jpg

On contemplait la mer, on écoutait le vent, on se sentait gagner par l’assoupissement de l’extase. Quand les yeux sont remplis d’un excès de beauté et de lumière, c’est une volupté de les fermer. Tout à coup on se réveillait. Il était trop tard. La marée avait grossi peu à peu. L’eau enveloppait le rocher. On était perdu. Redoutable blocus que celui-ci : la mer montante. La marée croît insensiblement d’abord, puis violemment. Arrivée aux rochers, la colère la prend, elle écume……..VICTOR HUGO

Publié dans DIVERS, PHILOSOPHIE | 1 Commentaire »

 

pas d'histoires entre nous |
journal de la guenon du bou... |
meslivrespreferees |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Because the words are my life
| LA CULTURE ET L'UNIVERSALISME
| ENVIE DE LECTURE