VOYAGE A ………RIO DE JANEIRO

Posté par sylvie le 27 juin 2014

copacabana_rio_de_janeiro_brazil.

RIO DE JANEIRO

 

Un petit article , sur ce pays….actualité oblige ….

 

 

Rio est l’un de ces lieux privilégié du monde dont le nom est un appel universel au romanesque. Il semble qu’on puisse y découvrir le secret d’un autre art de vivre.  

 

Rio n’est ni une grande cité historique comme Florence ou Venise, ni une cité spirituelle comme Jerusalem, ni une capitale de l’esprit comme Paris. Cette ville n’est pas non plus un énorme centre commercial comme New York ou politique comme Berlin, ni même une métropole comme Londres. C’est une ville sensuelle , son chant est celui d’une sirène  et ceux qui y succombent sont des reveurs qui croient aux merveilles d’une terre éternellement promise.

 

De loin, la ville , coulée entre les montagnes et la mer comme du platre dans un moule , offrait une ligne ininterrompue de gratte ciel blancs aux façades rectangulaires inondées de soleil…Vu de loin, Rio semblait étrangement irréelle.

 

Rio est l’une des plus grandes villes  qui bat le record du monde en accidents de la circulation.(plus de 2000 morts) soit un toutes les trois heures.    Il n’y a pas un jour ou l’on ne voit pas une voiture renversée sur la plage, un car encastré dans une vitrine ou encore la foule  lancée aux trousses d’un conducteur qui prend la poudre d’escampette.

 

C’est une ville mortelle, comme n’importe quelle autre, habitée par des êtres préoccupés de leur survie, aux prises avec les difficultés quotidiennes de la condition humaine : ils vivent, meurent, gagnent leur argent et le dépensent dans un monde guidé par un destin aveugle.

 

RRIO

Rio est l’une des villes dont la croissance est la plus rapide, mais comme les montagnes occupent une grande partie de son territoire,les habitants en surnombre sont obligés de résider dans de lointaines banlieues   ou de s’entasser de plus en plus dans des zones urbaines existantes. Si l’on ajoute la désorganisation administrative, l’insuffisance des équipements sanitaires et des réseaux de transport, un taux de chomage pouvant atteindre 15%   et un taux d’inflation variant  entre 20 et 80% , on obtient une assez bonne image du chaos.

 

Capitale du Brésil jusqu’en 1960, Rio cette année là, doit céder son titre à Brasilia , la nouvelle cité édifiée dans l’intérieur du pays.  SI Rio a été détrôné, elle demeure cependant la seule métropole nationale qui cumule les fonctions de centre administratif, culturel, naval, commercial et bancaire, tout en étant une station balnéaire ouverte toute l’année. Rio est maintenant plus que jamais la capitale du divertissement  comme en témoignent les grands rassemblements populaires auxquels donnent lieu le carnaval, les matches de football,  et les plaisirs de la plage.

 

 

Les fêtes du Carnaval avant le carême se célèbrent de façon plus déchainées que partout ailleurs. Quant aux grandes équipes de football , leur virtuosité dans le jeu et les foules enthousiastes qu’elles déplacent sont beaucoup plus spectaculaires que dans les autres villes.

 

Les plaisirs de la plage sont à Rio , ce que la cuisine est à Paris : la quintessence de son charme. Pour les habitants d’une des villes les plus peuplées du monde, la plage représente la grande évasion. Sans elle, ils deviendraient névrosés, comme c’est le cas, dit-on, des habitants de Sao Paulo.  Les plages sont innombrables à Rio, mais par une belle matinée en pleine période de vacances, elles donnent l’impression  que la population  toute entière s’est massée au bord de la mer.

 

Copaccabana, Ipanema et Bano de Tguca sont de loin les plages les plus fréquentées.

 

Il y’a à Rio une fréquence anormale de cancers de la peau dus à un excès de rayons U.V.

 

Ce serait une erreur de penser que la plage est un lieu de repos, la bousculade y règne comme dans la rue. Le long de la promenade qui borde  le coté de la mer , des hommes courent en groupes, sur le sable  des amateurs  de soleil du troisième âge  exécutent     lentement quelques vagues mouvements agitant  bras et jambes comme des caméléons, d’autres jouent au football dans le sable mou, certaines personnes s’entraînent sur des appareils de gymnastique de traction et d’extension.

 

Comme dans le reste du pays,  les différentes ethnies composent  la population brésilienne, et sont classifiées selon une codification ouverte à diverses interprétations :

- Blancs- noirs – indigènes, asiatiques – et  metissage entre blancs et noirs – Caboclos ou mamelucos ( metissage indiens et noirs)

 

Bien que la pluparts des cariocas soient de descendance portugaise ou africaine , plusieurs vagues d’immigrants ont contribué à constituer la population de Rio.   Ainsi des communautés italiennes, libanaises, allemandes, espagnoles, juives  ou encore japonaises coexistent dans les differents quartiers de la ville.

 

Il n’existe pas de racisme officiel au Bresil, d’autant plus que cette pratique est prohibée. La Constituon interdit et condamne la discrimination raciale sous toutes ses formes.

 

Dans le domaine de l’éducation Rio et Sao Paulo sont les villes  les plus avancées , de nombreuses grandes écoles et universités nationales ont choisi de s’implanter à Rio.

rio1

 

 

Publié dans PHILOSOPHIE | Pas de Commentaire »

LA RESERVE DE MASAI MARA

Posté par sylvie le 19 juin 2014

La réserve de Masai-Mara se situe à la        frontière avec la Tanzanie, en prolongement du parc tanzanien du Serengeti.Cette réserve existe depuis 1948 et couvre 1500 km².


L’ensemble Serengeti-Masai Mara représente 25 000 km², soit presque la Belgique   ……
           On dénombre environ 80 espèces de mammifères, l’écosystème ayant lentement évolué vers le pâturage herbeux, au dépend de la brousse et des arbres, isolés sur les hauteurs. 

    Le     Masai-Mara est parcouru par l’impressionnante migration des gnous. Partis du sud de Serengeti au mois de mai, ils vont chercher de nouveaux pâturages vers le nord et atteignent Masai-Mara        entre juin et septembre. Au plus tard en décembre, ils reviennent vers le Sud.

Ce troupeau est constitué de 1 300 000 gnous qui sont accompagnés d’environ 200 000 zébres et d’autant de gazelles. Cette alliance a pour raison la protection vis-à-vis des prédateurs ainsi        que la complémentarité des régimes alimentaires.

ima0071gnous.jpg LA RESERVE DE MASAI MARA dans PHILOSOPHIE

LA GIRAFE

.C’est le plus haut de tous les animaux terrestres. Le mâle atteint en moyenne 5,4 m de haut et sa langue, longue de 40 cm, lui permet d’atteindre les feuilles d’acacia qui sont sa principale        nourriture. La girafe, comme la plupart des mammifères, n’a que sept vertèbres cervicales, qui sont fortement allongées pour soutenir son long cou musclé. Du fait de la grande distance entre        le cœur et la tête de l’animal, son système vasculaire est équipé de valves permettant au sang d’atteindre le cerveau.
Les animaux des deux sexes possèdent deux courtes cornes, recouvertes de velours et à l’extrémité arrondie, ainsi qu’une troisième protubérance sur le front.
La girafe peut vivre jusqu’à vingt-six ans dans la nature et jusqu’à trente-six ans en captivité.         Après environ quinze mois, la femelle donne naissance à un seul petit, haut de 1,7 à 2 m, qui peut se tenir debout vingt minutes après la naissance.

ima0086girafes.jpg
LES LIONS
Le mâle atteint plus de 2 m de long, queue non comprise, autour de 1,20 m au garrot et pèse entre 150 et 250 kg.         Les femelles, qui sont plus petites mais également musclées, ont la même couleur fauve, mais n’ont pas de crinière.
Les lions se déplacent peu (10 km environ par jour) et ne passent que deux à trois heures par jour à chasser leurs proies. Le reste du temps, ils se reposent et dorment.         Il vit en groupes constitués de quatre à douze femelles et de un à six mâles. Ces derniers ont pour charge la protection du groupe et de son territoire, tandis que les femelles chassent. La        compétition entre les mâles est sévère, et nombreux sont ceux qui restent longtemps nomades avant d’appartenir à un groupe au sein duquel ils demeurent un temps variable avant d’être chassés        par d’autres mâles.
Les lionceaux mâles restent dans la troupe jusqu’à ce qu’ils en soient expulsés par des mâles plus âgés. Ils errent alors pendant plusieurs années, après quoi ils commencent à lutter avec des        mâles rivaux pour la direction d’une troupe. Les lions sont polygames et s’accouplent tous les 18 à 26 mois à l’état sauvage. Après une gestation d’environ 110 jours naissent de un à quatre        lionceaux au pelage épais et tacheté. En captivité, les lions peuvent vivre jusqu’à 30 ans ; dans la nature, les mâles vivent en moyenne 12 ans et les femelles 16 ans.  dans PHILOSOPHIE

ima0097lions.jpg

LES ELEPHANTS
L’éléphant est le plus gros mammifère terrestre vivant avec un poids de 3 à 7 tonnes pour les mâles.         Ses défenses, profondément implantées dans le crâne, sont en fait des incisives supérieures très allongées. La plus grande connue atteint 3,5 m de long.         Les éléphants n’ont que quatre molaires. Chaque molaire est une plaque massive d’environ 30 cm de long et 10 cm de large. Quand elles sont usées à force de mastication, elles sont remplacées        par d’autres, plus grandes, qui progressent à partir de l’arrière des mâchoires.         Les éléphants ont un régime exclusivement herbivore : ils se nourrissent d’herbes, mais aussi de bulbes, de bourgeons, de bambous, de fruits, etc. Ils peuvent consommer, pour les plus gros,        jusqu’à 220 kg de végétaux et boire jusqu’à 190 litres d’eau par jour.         Les éléphants sont grégaires et très sensibles aux appels et aux mouvements de leurs congénères. Ils sont organisés en sociétés matriarcales, formant des groupes familiaux de quinze à trente        animaux , composés de femelles et de jeunes menés par une femelle dominante plus ou moins âgée. Les mâles ayant atteint leur maturité sexuelle vivent en troupes temporaires.           Ils sont abondants dans la rivière Mara.

ima0110elephant.jpg

LES HIPPOPOTAMES
L’hippopotame est un animal au corps lourd et massif. Le mâle peut mesurer jusqu’à 4,20 m de long pour un poids de 3 tonnes ( 1,5 tonnes pour la femelle) mais, court sur pattes, il ne dépasse        pas 1,65 m au garrot. Il a une grande tête munie de petits yeux et de petites oreilles situées au sommet de la tête ; les narines, entourées de poils épars et raides, peuvent se fermer        hermétiquement quand l’animal s’immerge. La bouche, énorme, est munie sur la mâchoire inférieure d’impressionnantes canines de défenses ; elles peuvent atteindre 70 cm de long, et peser près        de 3 kg. La peau, épaisse et dépourvue de poils, sécrète un mucus protecteur de couleur plus ou moins rouge.
Les hippopotames passent leurs journées dans l’eau ; ils doivent veiller à ce que leur peau soit en permanence recouverte d’un film de boue, pour éviter la déshydratation et la brûlure du        soleil.
La nuit, les hippopotames quittent leur refuge aquatique pour aller à la recherche de nourriture (herbes et plantes). Ils se déplacent généralement en troupes d’une quinzaine d’individus        menées par un mâle dominant. Ils peuvent ainsi parcourir à terre quelque 30 km chaque nuit, sur des pistes balisées par leurs excréments, en revenant toujours à leur point de départ. Ils sont        potentiellement dangereux pendant ces trajets, n’hésitant pas à charger tout intrus.

ima0104hippopotame.jpg

Publié dans PHILOSOPHIE | Pas de Commentaire »

LE PARADOXE

Posté par sylvie le 13 juin 2014

QU’EST CE QUE LE PARADOXE ?

 

Le Petit Larousse donne la définition suivante ….” chose qui va contre l’opinion commune- philosophie : contradiction à laquelle abouti  dans certain cas le raisonnement abstrait. “ Nous pouvons ajouter qu’un évènement contraire à nos prévisions représente un paradoxe.

 

Dans la vie, tout semble en contradiction avec ce que l’on nous a appris à croire. Par exemple, on nous a appris qu’il est mal ou dangereux de nous aimer nous mêmes et que personne ne nous aimera si nous nous aimons. C’est paradoxal: en effet, plus nous nous aimons, plus nous pouvons faire irradier notre amour vers les autres, et recevoir leur amour en retour. De même, mieux nous satisfaisons nos besoins et désirs, plus nous attirons à nos côtés des gens qui nous proposent leur aide.

 

 

Autre paradoxe plus vous vous s entez intérieurement sur de vous, plus vous pouvez vous montrer ouvert et vulnérable devant les autres, et plus d’autorité ils vous accordent. On nous a appris à nous défendre et à nous protéger, on nous a interdit de sembler vulnérable, faute de quoi les autres profiteraient de nous… Dans la réalité c’est tout le contraire qui se produit.

 

La façon la plus facile et la plus rapide pour  comprendre un paradoxe, c’est l’humour. Rire de soi, rire des autres… Ne rien prendre au sérieux .. La vie n’est qu’un jeu dont dont nous sommes les acteurs .. Nous tirons le meilleur de nous mêmes quand nous baissons notre garde : profitons de la vie et jouons le jeu de façon spontanée; c’est là tout le paradoxe de la vie : apprenez à le goûter ..

beaupaysage1.jpg

 


Publié dans PSY | Pas de Commentaire »

LES VIOLENCES DU PACIFIQUE

Posté par sylvie le 5 juin 2014

Le Pacifique est un paradis fragile.Ses terres occupent la zone géologique la plus instable de la planète, délimitée par une ceinture de feu et constamment secouée par les soubresauts venus des entrailles du globe… Les éruptions volcaniques, les tremblements de terre, les raz de marée, engendrés par les séismes,modèlent sans cesse les paysages et redessinent les côtes,menaçant les villages, et donnant à leurs habitants le désir de profiter pleinement de chaque instant heureux…

Mer en furie

Mais les risques de violences naturelles résultent aussi des tempêtes. Chaque année des cyclones, ouragans, ou typhons viennent tourbillonner à pleine puissance sur les atoll et archipels balayant les maisons,les fermes , les équipements publics , puis noyant sous des pluies torrentielles le chantier lamentable de leurs irrépressibles ravages. Et quand arrivent les grands calmes des cieux, c’est la sécheresse qui menace car elle devient vite extrême et réduit à l’état de béton ou de poussière les champs et les jardins…Des phénomènes météorologiques cycliques,notamment El Nino et sa petite soeur La Nina- accentuent ces désastres brutaux.

Image

 

Et comment dire l’angoisse des populations autochtones , plus de 90% vivent à quelques metres à peine au dessus des flots, face au constat établi d’une inexorable montée du niveau des océans ? Dans ce monde où des îles surgissent sous la forme de volcans et prolongent leur existence grace à la vie des madrépores, les mouvements de la t erre,du ciel et des eaux sont ainsi radicalement créateurs que destructeurs …

Une vingtaine de cyclones balaient chaque année l’océan, surtout à l’ouest.. Ils engendrent des vents de 300 km/h, des déluges suivis d’inondations et de glissements de terrain. Ces tempêtes épouvantables qui provoquent régulièrement des dégâts considérables constituent l’envers du paradis..

Selon la terminologie météorologique,on parle de dépression tropicale modérée ou forte lorsque le vent moyen atteint entre 53 et 118 km/h, et de cyclone tropical lorsqu’il dépasse 118 km/h….

Les cyclones sont appelées hurricanes en Amérique et dans le Pacifique Nord-est, et typhons en Asie.

LES VIOLENCES DU PACIFIQUE dans GEOGRAPHIE storm3

 

 

 

Violent tourbillon d’air chaud et humide, le cyclone mesure de 300 à 800 km de diamètre sur environ 10 km de hauteur.. Cette turbine naturelle tourne autour d’un axe vertical dans le sens des aiguilles d’une montre dans l’hemisphère sud, dans le sens inverse dans l’hémisphère Nord …A proximité immédiate de cet axe ,dans un rayon de 4 a 100 km l’air paraît calme et le ciel dégagé. C’est l’oeil du cyclone.. le cyclone agit comme une cheminée qui aspire l’air extérieur et le fait monter en altitude.. A sa base, la pression atmosphérique est rès faible,ce qui provoque un gonflement de la mer dont le niveau peut alors s’élever de plusieurs mètres, on parle alors de marée de tempête …

 

previsions-cyclones-2008 dans HISTOIRE

 . Dans le Pacifique sud ouest 90% des cyclones se forment de décembre à avril, dans le nord ouest, ils se produisent surtout de juillet à novembre, mais peuvent frapper toute l’année..

 

storm2

 

 

Publié dans nature | Pas de Commentaire »

 

pas d'histoires entre nous |
journal de la guenon du bou... |
meslivrespreferees |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Because the words are my life
| LA CULTURE ET L'UNIVERSALISME
| ENVIE DE LECTURE