• Accueil
  • > Archives pour décembre 2015

SARTRE

Posté par sylvie le 26 décembre 2015

Des romans, des essais, des pièces de théâtre, des milliers d’articles, un engagement politique de tous les instants, une lumineuse philosophie, dans l’héritage d’un Pic de la Mirandole, une intelligence inépuisable doublée d’un petit sourire à la vie, la bonne humeur d’un bon vivant ..Sartre  tel qu’en lui-même …. Jean Paul  appelé Poulou!!

Vous ne connaissez pas Poulou ? vous brûlez d’en savoir davantage sur ce petit prodige qui vous séduit par sa gaieté, son intelligence et son énergie si prometteuse ? Eh bien il vous attend! chez son grand père et sa grand-mère Scheitzwer, en compagnie de sa mère Anne Marie. Et de son père ? non Poulou, né en 1905 n’a pas connu son père, mort des suites d’une maladie contractée en Cochinchine. Maman Anne Marie a décidé alors de vivre chez ses parents, avec Poulou…

Attention ! vous êtes arrivé chez Poulou, chez les Schweitzer.. Vous poussez la porte doucement ,ce n’est pas Poulou qui vous accueille, c’est un homme adulte, pas très grand, des lunettes toutes rondes, la pipe à la bouche, le regard vif, plein de cette intelligence malicieuse qui désamorce toute fatuité, toute vanité. Sa voix s’élève, claire et vive  en vous  comme la confidence faite à un intime .. D’ailleurs vous faites partie de ses intimes, de ses centaines de milliers d’intimes : ses lecteurs.. La visite des lieux de sa mémoire est commencée : vous l’entendez dire » j’étais un enfants, ce monstre que les adultes fabriquent avec leurs regrets. Diable! il n’y va pas de main morte  Poulou!  eh oui, vous avez reconnu Jean Paul Sartre non seulement par la pipe et les petites lunettes, mais par cette phrase enlevée, élégante et dense qui vaut plus que mille pages d’une laborieuse étude de moeurs.

Sartre quitte l’enseignement.ll se   consacre  à l’écriture et fonde avec Simone  de Beauvoir  sa compagne ,et Maurice Pont a revue des » Temps Modernes » politiquement très engagée. Ses pièces de théâtre ( Huit clos- Morts sans sépulture – Les mains sales – mais aussi ses romans  » Les Chemins de la liberté  » ainsi que ses essais lui valent une immense réputation. Si Sartre a pris ses distances avec le PC ,il continue à s’engager pour de nombreuses causes.

Dès 1956 Sartre  prend parti contre l’idée d’une Algérie française et soutient le désir d’indépendance du peuple algérien. Sartre s’élève contre la torture, revendique la liberté pour les peuples de décider de leur sort, analyse la violence comme une gangrène……..Son appartement sera platiqué deux fois à cause de ses prises de position.

En mai 1968 il s’offre une deuxième jeunesse . il  revient sur le devant de la scène en présidant un tribunal fictif autoproclamé,qui est une assemblée internationale d’intellectuels,de militants et de temoins chargés de juger les crimes de guerre des Americains au Vietnam..

Homme de gauche, il soutiendra le mouvement mao face à la répression.Jusqu’à sa mort en 1980 Jean Paul Sartre ne cesse de s’engager aux côtés de ceux qui luttent pour leurs droits, pour la liberté. Il contribue à la fondation de l’hebdomadaire  » Le Nouvel Observateur » en novembre 1964, au lancement de Libération en 1973. Directeur de La Cause du Peuple, en 1970  , journal interdit, il va jusqu’à le distribuer lui même dans la rue! jusqu’à son dernier souffle, Sartre l’humaniste, est fidèle à son éthique.

Des dizaines de milliers de personnes suivent le convoi funèbre qui le conduit le 19 avril 1980    au  cimetière du Montparnasse..

Intransigeant et fidèle à lui même il refuse le Prix Nobel en 1964 car dit-il, aucun homme ne mérité d’être consacré de son vivant. Il a toujours rejeté les honneurs ( à l’exception du titre de Docteur Honoris Causa de l’Université de Jerusalem en 1976.

pi157ub6.jpg

Publié dans LITTERATURE | Pas de Commentaire »

LA LIBERTE

Posté par sylvie le 13 décembre 2015

LA LIBERTE C’EST FAIRE CE QUI NOUS PLAIT?

Bien sur que non : il plaît à l’alcoolique de boire, au sadique de torturer, deux exemples d’aliénation humaine … Très souvent , au contraire , être libre, c’est précisément faire ce qui ne nous plaît pas, on est plus libre à dire une vérité qui nous déplaît  plutôt que le mensonge   qui nous plaît..

ETRE LIBRE,C’EST FAIRE CE QU’ON VEUT?

Qu’est ce que la volonté? Elle n’est pas plus claire que la liberté(on remplace un problème par un autre) , en outre la volonté renvoie à la liberté et on tombe dans un cercle vicieux( on est libre parce qu’on veut quelque chose et on veut quelque chose parce qu’on est libre).

LA LIBERTE DES UNS S’ARRÊTE LA OU COMMENCE CELLE DES AUTRES;

c’est une formule simpliste,seule une propriété matérielle peut s’arrêter là ou commence celle de l’autre.. La liberté est une valeur, or une valeur n’est pas divisible! la liberté est analogue à l’amour d’une mère. Le monde des valeurs , à la différence de celui des marchandises n’est pas celui de la concurrence, c’est celui de la solidarité: ma liberté de penser n’est pas limitée par celle de l’autre..

ON NE PEUT PAS SE PASSER D’UN MAITRE

oui mais quel maître ? Bach est un maître, Hitler aussi! il y’a des maîtres dont on se passerait bien ! On commence tous par être des enfants mais certains restent mineurs toute leur vie ( il est plus facile de ne pas penser que de penser, plus facile de ne rien dire que de dire… )  Qu’est ce qu’un maître ? Le maître de Wagner ,c’était Beethoven, le maître de Platon c’était Socrate, le maître de la télévision c’est le gouvernement … (dans les pays démocratiques bien sur)

L’INDÉPENDANCE EST LE PLUS HAUT DEGRE DE LA LIBERTE

L’indépendance, comme l’émancipation, est une condition nécessaire, mais non suffisante de la liberté. Un enfant mineur qui s’affranchit n’est pas libre pour autant, il s’est seulement libéré d’une dépendance.  Pour être libre, il ne suffit pas de sortir d’une prison, encore faut-il savoir ce qu’on va faire en dehors de la prison ..

En résumé : si être libre c’est être capable de se poser des objectifs et de les atteindre, alors être libre c’est pouvoir répondre de ses actes, bref être responsable.. En ce sens, la liberté est la condition même de la responsabilité morale et juridique d’un individu. La liberté n’est pas l’absence d’obstacle, mais la possibilité de s’y confronter.

BALADE AU BORD DE L EAU

Publié dans PSY | Pas de Commentaire »

 

pas d'histoires entre nous |
journal de la guenon du bou... |
meslivrespreferees |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Because the words are my life
| LA CULTURE ET L'UNIVERSALISME
| ENVIE DE LECTURE