MIGUEL DE CERVANTES

Posté par sylvie le 15 février 2009

Issu d’une famille modeste, Miguel de Cervantès fait tout d’abord ses études à Madrid. Son goût pour l’aventure l’amène ensuite à rejoindre l’armée espagnole de Naples, dans laquelle il participe à la bataille de Lépante. C’est là qu’il perd sa main gauche et se voit désormais surnommé le « manchot de Lépante ». Après quelques années, il se décide à retrouver son pays d’origine mais est capturé par des Turcs d’Alger. Il doit alors attendre cinq années en Algérie avant que sa rançon ne soit payée par ses proches.

 A son retour en Espagne, il commence à écrire poèmes et pièces, puis se marie. Un poste d’approvisionneur de l’Invincible Armada lui est alors confié, avant qu’on ne le nomme percepteur des impôts. Accusé de détournement de fonds, il est arrêté et mis en cellule plusieurs fois. Toutes ses aventures ont nourri en lui une imagination débordante qui l’amène à créer le célèbre Don Quichotte de la Manche, publié en 1605 et 1615. Le succès ne se fait pas attendre et quelques années plus tard, Cervantès fait paraître ses Nouvelles exemplaires (1613).

Dans sa dernière année, il s’attelle à la rédaction des Travaux de Persilès et Sigismonde, oeuvre posthume publiée en 1617.

Publié dans Liens, LITTERATURE | Pas de Commentaire »

LA  » Planete » MONTAIGNE

Posté par sylvie le 24 février 2008

Le charmant compagnon, le délicieux voisin, le merveilleux conteur, l’ami … Voilà Michel Eyquem de Montaigne!! Si vous ne le connaissez que de nom ,précipitez vous sur les  » Essais » … Trois livres d’une sagesse infinie qui vous porteront secours chaque jour ou le désir de vivre a perdu la partie, chaque fois que l’existence deviendra une impasse, où même les jours de joie sans raison, les bons jours de n’importe quelle saison ! Montaigne ne se pose pas en sermonneur, en thaumaturge qui va résoudre vos énigmes ! non!  Montaigne a passé sa vie à tenter de comprendre sa propre nature, son propre esprit. Voilà pourquoi, lisant Montaigne, vous vous sentez compris…

Michel Eyquem  est né le 28 février 1533,la famille Eyquem est d’origine anglaise, et a fait fortune à Bordeaux dans le commerce du poisson séché.du pastel , et du vin.  Sa mère appartient à une riche famille de juifs espagnols, les Lopès, installés dans le Midi après avoir fui les persécutions, convertis au christianisme. Elle deviendra protestante séduite par les idées de la Réforme, son père demeurera catholique, ses frères et soeurs sont soit protestants, soit catholiques..

Michel étudie le droit. A 24 ans il devient conseiller au parlement de Bordeaux. Il se marie à 32 ans. Il nage dans un semblant de bonheur, car il a été témoin dans son enfance de la Répression imbécile conduite par Montmorency contre les bourgeois de Bordeaux révoltés, , il a vu des hommes atrocement torturés sous ses yeux, et puis plus tard, en 1563 son ami, celui qu’il a aimé plus qu’un frère, plus que lui même peut être, Etienne de la Boetie, est mort dans ses bras…Et ce chagrin là ne l’a jamais quitté.

A la mort de son père, après l’échec de sa candidature à la Grande Chambre du parlement de Bordeaux, le voilà installé dans sa tour, dans sa librairie, sa bibliothèque aux mille volumes, rangés sur cinq rayons en demi cercle.

Admirateur de Virgile et de Cicéron,il est un humaniste qui prend l’homme et en particulier lui même, comme objet d’étude dans son principal travail; Travail sans précédent dans sa sincérité et sa saveur personnelle, c’est celui d’un sceptique pour qui sont à bannir les doctrines trop figées et les certitudes aveugles. Son influence a été colossale sur la philosophie française, occidentale et même mondiale.

Durant le temps des guerre de Religion,Montaigne lui même catholique, a agi comme un modérateur , respecté par le catholique Henri III et le protestant Henri de Navarre. A partir de 1578  il souffre de la  » maladie de la pierre « (calcul rénal).

Il continua d’étendre et de réviser les « Essais » jusqu’à sa mort d’un ulcère à la gorge.

QUELQUES CITATIONS :

 » la vraie liberté c’est de pouvoir faire toute chose sur soi »

« les plus b elles âmes sont celles qui ont plus de variété et de souplesse »

« la vieillesse nous attache plus de rides en l’esprit qu’au visage »

La plus subtile folie se fait de la plus subtile sagesse »

Publié dans Liens, LITTERATURE, PHILOSOPHIE | Pas de Commentaire »

 

pas d'histoires entre nous |
journal de la guenon du bou... |
meslivrespreferees |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Because the words are my life
| LA CULTURE ET L'UNIVERSALISME
| ENVIE DE LECTURE