JUNG

Posté par sylvie le 19 février 2008

CARL GUSTAV JUNG

Issu d’une famille de protestants, Jung étudie au collège de Bâle et s’intéresse à l’histoire et à la mythologie. Poursuivant des etudes de médecine il s’oriente vers la psychanalyse et devient rapidement assistant à l’hopital psychiatrique. Présenté à Freud il est considère par ce dernier comme son successeur. Toutefois les différences s’accumulent, Jung s’oppose à l’interprétation sexuelle du médecin viennois.

il entreprend de nombreux voyages ethnographique, au Kenya et en Inde qui lui permettent de mieux formaliser sa pensée.

En 1921 il expose dans  » les types psychologiques un inconscient défini par les pensées, les sensations, l’intuition et les sentiments et divise entre extraversion et introversion.  Avec  » l’énergie psychique » il soumet l’hypothèse de l’existence de deux formes d’inconscient, celui personnel et celui collectif, mémoire de l’humanité véhiculant les grands archétypes mythologiques.

Il devient le fondateur de la psychologie analytique.

SES  CITATIONS :

 » l’homme mérite qu’il se soucie de lui même car il porte dans son ame les germes de son devenir  »

« Il est assez stérile d’étiqueter les gens et de les presser dans des catégories. »

 » Sans émotions, il est impossible de transformer les ténèbres en lumière et l’apathie en mouvement ».

« et qui donc de nos jours a la parfaite certitude de ne pas être névrosé ?’

Publié dans PHILOSOPHIE | Pas de Commentaire »

MA PENSEE DU SOIR

Posté par sylvie le 19 février 2008

proverbesurlamitie.gif

BONNE NUIT A TOUS

Publié dans PHILOSOPHIE | Pas de Commentaire »

TROIS THEORIES DE LA CONNAISSANCE ET LA VERITE COMME RELATION IERE PARTIE

Posté par sylvie le 18 février 2008

Comment connaissons nous quelque chose ? De quelles manières se forment les connaissances? En provenance de quelle source ? Selon quel processus ? Y’a t-il plusieurs sortes de connaissances? Voilà des questions qui touchent directement au travail des philosophes. Comprendre pourquoi n’est pas compliqué .

Ce que cherchent les philosophes , ce n’est pas seulement la sagesse, c’est aussi la connaissance vraie. Saisir comment marche le monde, selon quelles lois fonctionne la réalité, voilà qui les mobilise tout comme prendre la mesure des  pouvoirs de notre esprit et des limites de ses capacités. Or toutes ces questions sont inséparables  de l’activité même des scientifiques.

Pour commencer à y voir clair, thématisons  un peu : on peut dire qu’il y’a trois positions d’ensemble. Soit la raison connaît, et pas les sens. Soit toutes les connaissances dérivent de nos sensations- soit enfin , les matériaux fournis par les sensations sont structurés par des principes organisateurs.

La vérité, contrairement à ce qu’on imagine fréquemment n’est pas une notion mystérieuse ou extraordinaire. Il arrive qu’on parle de la vérité comme d’une sorte de révélation absolue, énigmatique et floue… Cela est sans intérêt, car la  » vérité  » n’est pas un contenu, une doctrine, une idée, même pas un résultat. C’est une relation ,un certain rapport entre un énoncé et , soit d’autres énoncés, soit le monde extérieur.

 

Publié dans PHILOSOPHIE | Pas de Commentaire »

DIDEROT 1 ere partie

Posté par sylvie le 16 février 2008

D’excellentes dispositions pour l’étude, mais un tempérament très dissipé! En plus clair, Denis Diderot est un vrai chahuteur! ses maîtres du collège jésuite de Langres ou il est né en 1713 vont pouvoir supporter son énergie débordante pendant cinq années de 1723 a 1728,année de son départ pour Paris. Son père rêve d’en faire un ecclésiastique, un chanoine comme son oncle. Voilà pourquoi Denis Diderot , à 13 ans est tonsuré, c’est à dire voué à la prêtrise! A Paris, après quatre ans d’études, il est reçu maître es arts de l’Université. L’année suivante, étouffant sous la soutane sombre, il s’en débarrasse. Voilà notre homme libre.

LE CHAHUTEUR DE LANGRES

Plus de soutane, plus de revenus assurés, il faut parer au plus pressé, devenir pendant deux ans clerc d’un procureur, puis précepteur des enfants d’un receveur général, puis rédacteur de sermons d’églises. Puis on ne sait trop, ou plutôt on devine :  sa fille nous donne quelques pistes:  » mon père était livré à lui même, tantôt dans la bonne, tantôt d ans la médiocre, pour ne pas dire la mauvaise compagnie…               

Dans la rue ou habite Diderot, vit une belle lingère. Elle ne résiste pas longtemps au charme du chahuteur. L’année suivante, les voilà mariés contre la volonté du père de Diderot qui l’a fait enfermer dans un couvent alors qu’il allait lui demander son consentement- couvent dont il s’est échappé en sautant par la fenêtre. Cette année 1742 est aussi celle d’une rencontre capitale. Il va au café de la Regence, et se trouve face à un jeune homme de trente ans qui tient sous son bras une sacoche d’où il sort des liasses de papier couvertes de signes étranges. Il s’agit d’une nouvelle méthode de notation musicale. Le jeune homme se dit genevois, il donne des leçons de musique et compose ce qu’il appelle des opéras-tragedies. Son nom ? Jean Jacques Rousseau…. Les deux hommes sympathisent.

Que faire quand on ne s’appelle pas Montesquieu et qu’on décide de consacrer sa vie à l’écriture sans posséder châteaux ou dots sans l’aide de qui que ce soit ? Traduire de l’anglais un  » Essai sur le mérite et la vertu » ,le publier! bien maigre rapport…. Écrire en quelques jours et publier anonhymement des Pensées philosophiques? Soit! mais le Parlement , choqué par le matérialisme et par l’athéisme qui y sont développés, les condamne au feu … Ils acceptent la proposition de l’abbé de Gua de Malves qui suggère la réecriture des articles qui seraient mal traduits d’une encyclopédie anglaise  » le Dictionnaire des arts et sciences »…

Grace à Madame de Pompadour, Diderot peut continuer son oeuvre, mais en en 1757 les critiques se déchaînent et montrent les auteurs de l’Encyclopédie comme une armée en marche contre la religion , la morale et le gouvernement.

Publié dans PHILOSOPHIE | Pas de Commentaire »

BON WE

Posté par sylvie le 16 février 2008

c7nmb0fr.gif

BON WE A TOUS

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

DIOGENE LE CYNIQUE

Posté par sylvie le 16 février 2008

Connu sous le sobriquet de chien. Si Socrate était un taon qui pique, Diogène est un chien qui aboie et mord. Corinthe ou il mourut, éleva en son honneur une colonne surmontée d’un chien.

Venu à Athène à la suite de la peine d’exil qui frappa son père, banquier mais faux monnayeur, Diogène devint le disciple d’Antisthène malgré les coups de baton de ce dernier qui ne désirait plus  » d’auditeur » et tenta ainsi de le dissuader de s’accrocher à lui. Peine perdue. Antisthène reconnut en Diogène une individualité de la même trempe que la sienne. Diogène continua donc l’oeuvre  » informelle » de son maitre et lui succéda à la tete de cette  » école » de plein air qui n’avait rien d’un lieu de cours et de discours.

Voyant un jour un enfant boire au creux de sa main, il brisa son écuelle, disant  » cet enfant m’apprend que je conserve encore du superflu ».

Un jour à midi on le vit se promenant dans les rues d’Athènes, une lanterne sourde à la main. A ceux qui s’en intriguaient, il répondit :  » je cherche un homme »

A la fin de sa vie, vivant à Corinthe dans un tonneau, il aurait répondu à Alexandre qui, campé devant lui, lui demandait ce qui pourrait lui faire plaisir :  » que tu t’otes de mon soleil » ou encore  » arrête de me faire de l’ombre ».

MAXIMES ET ANECDOTES.

Quelqu’un lui demandait à quelle heure il fallait dîner, il répondit  » si tu es riche,quand tu veux, si tu es pauvre, quand tu peux »

La pauvreté, selon Diogène, est pour la philosophie une aide qu’on n’apprend pas dans les livres: ce que la philosophie tente d’inculquer par des discours, la pauvreté par les faits, contraint l’esprit à le saisir .

Publié dans PHILOSOPHIE | Pas de Commentaire »

AMSTRONG

Posté par sylvie le 15 février 2008

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

LUCRECE

Posté par sylvie le 15 février 2008

                                   

                                                LUCRECE

                               Poète et Philosophe latin

                                             Né à Rome -98

                                           Décédé à Rome – 55

 » Les hommes se transmettent la vie comme les coureurs se passent le flambeau »

Né à une époque troublée de l’histoire de Rome, Lucrece a été très jeune témoin de luttes politiques féroces donnant souvent lieu à des véritables massacres. De ces expériences, le philosophe a tiré une grande méfiance envers le pouvoir, la cupidité, et autres passions.

Largement inspiré de la philosophie épicurienne, son oeuvre est entièrement tournée vers la recherche du bonheur terrestre. Parfois considéré comme le précurseur du matérialisme, il a lutté contre les superstitions et l’emprise des divinités sur la vie de ses contemporains.

Il a fait du renoncement aux passions un précepte moral central. Son texte  » de la natura rerum » composé de six livres reste un chef d’oeuvre de la littérature universelle.

Publié dans PHILOSOPHIE | Pas de Commentaire »

BOUDDHA

Posté par sylvie le 15 février 2008

BOUDDHA

Sage du V eme siècle

Communément appelé Sakyamuni ( le sage du clan de Sakya) il est issu de la noblesse de la principauté de Kapilavastu, sur les confins indo-népalais et reçoit une éducation guerrière.

A 30 ans prenant conscience des maux de l’humanité, il s’exile pour vivre sept ans dans l’errance, l’ascèse et le jeune. A travers la vision de la totalité de l’univers, il atteint le Boddhi (l’éveil de la connaissance suprême). Dorénavant, il sera appelé Bouddha » l’éveille » ou  » Siddartha » celui qui a atteint son but, puis découvre une voie moyenne entre la vaine jouissance et le renoncement.

Cet éveil lui apporta la révélation du style de réincarnation et de sa dure causalité, mais aussi le dur moyen d’y échapper ,reposant sur quatre nobles vérités qui portent sur l’universalité de la souffrance, son origine, son anéantissement et le chemin spirituel pour y parvenir, voulant faire partager ses découvertes, il partit en renonçant à son anéantissement suprême dans le Nirvana.

SES CITATIONS

 » Si la haine répond à la haine, comment la haine finira t-elle ? »

 » Nous sommes ce que nous pensons, tout ce que nous sommes résulte de nos pensées, avec nos pensées nous bâtissons notre monde »

« Ne demeure pas dans le passé, ne rêve pas du futur, concentre ton esprit sur le moment présent »

« J’appelle sage celui qui tout innocent qu’il est , supporte les injures et les coups avec une patience égale à sa force »

 » le monde est aveugle, rare sont ceux qui voient.

Ses réflexions nous font réfléchir sur la condition humaine et sur le pourquoi nous sommes là.  

 

Publié dans PHILOSOPHIE | Pas de Commentaire »

FRANCOIS RABELAIS

Posté par sylvie le 15 février 2008

FRANCOIS RABELAIS

Écrivain français

1494-1553

Né d’un père avocat à Chinon, Rabelais  étudie le latin et le grec et correspond avec le célèbre humaniste BUDE;

Il a d’abord été moine et traducteur avant d’exercer la fonction de médecin puis d’écrivain. Homme de la Renaissance, il a allié sa vie durant foi en Dieu, discours anticléricaux », pensées humanistes et sens de la farce.

Ses deux principaux héros littéraires, des géants père et fils, sont issus de la littérature du Moyen âge. Dans ses oeuvres majeures, Gargantua et Pantagruel, il fait preuve d’un style hors du commun., d’une richesse de vocabulaire  exceptionnelle et associe des opinions éclairées sur l’éducation , l’extension du savoir , ou la guerre, il a une technique littéraire ou le récit historique se mêle aux inventions fantastiques.

Virtuose du langage et grand créateur de mots, savant polémiste, précurseur dans de nombreux domaines, il réalise la synthèse entre la tradition comique carnavalesque du moyen âge et les nouveaux savoirs de la Renaissance.

Sa vie, son oeuvre polymorphe qui donne à rire et à penser qui échappe à tout classement, sont le triomphe de la liberté d’esprit.

Publié dans LITTERATURE | Pas de Commentaire »

1...2021222324
 

pas d'histoires entre nous |
journal de la guenon du bou... |
meslivrespreferees |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Because the words are my life
| LA CULTURE ET L'UNIVERSALISME
| ENVIE DE LECTURE