GIONO

Posté par sylvie le 23 janvier 2016

Peut-être le seul écrivain qui ait pu vivre son destin national en dehors de Paris. Et encore …. Certains ne connaissent de lui que cette Provence qui n’existe que dans ses livres et concluent que, finalement, c’est l’auteur d’une région… L’adjectif régionaliste est si proche, et si pratique, lorsqu’on est resté aux apparences. Giono, né en 1895, la même année que Pagnol, Vaché, Cohen … C’est pourtant l’amour de la terre.Planétaire.

Toc Toc … 1911 . Vous habitez Manosque, en Provence. Il fait beau, le ciel est bleu, le soleil brille, les cigales chantent, ou plutôt font   » cri cri cri » … Il est trois heures de l’après midi. Vus venez de vous installer dans une chaise longue au tissu blanc et brique.   On frappe à la porte… Vous vous levez, en maugréant. Vous ouvrez la porte et vous découvrez un petit me bien en joues, au regard noir, sûrement le descendant d’un Piemontais émigré, il vous apporte un papier de votre banque, la banque de Manosque……. Vous signez le papier que vous tend le jeune coursier qui vient de faire toc toc… Vous lisez son nom  » Jean Giono »… Oui!  vous avez devant vous le jeune Jean Giono!  Il vient d’arrêter ses études, qu’il ne reprendra pas, car son père, cordonnier, est gravement malade.. Lui donnerez vous une petite pièce ?  Oui ? Jean Giono la prend, il est tout content , et repart vers son destin… Il ne sait pas encore qu’il est un grand écrivain!

La guerre arrive. Giono est mobilisé. Il se bat à Verdun, y perd ses meilleurs amis, est commotionné par un obus, gazé.  La haine de toute guerre, quelle qu’elle soit, s’installe en lui. En 1920, il épouse celle qu’il aime depuis 1914 , Elise Maurin , une jeune enseignante qui lui donne deux filles. Jean Giono publie son premier roman  » Colline » en 1929. C’est une histoire très simple : dans un village de Provence, le vieux Janet perd un peu la raison et semble attirer sur le village une série de malheurs.DD Jaune, qui fait face à la situation avec calme,décide de tuer Janet avec l’aide des villageois,mais Janet, heureusement, meurt avant… Si l’éditeur parisien publie ce texte, ce n’est évidemment pas pour l’histoire racontée, c’est pour le style qui s’y déploie. Une écriture pure et quasiment désaltérante, une source de fraîcheur, de naïveté parfois,une générosité dans les mots qui prennent chair, qui semblent sortir de la terre.

GIONO EN PENSEES :

- Le poète doit être un professeur d’espérance …

- Quand les mystères sont très malins, ils se cachent dans la lumière.

-L’homme, on a dit qu’il était fait de cellules et de sang,. Mais en réalité, il est comme le feuillage, il faut que le vent passe pour que ça chante.

-Les jours sont les fruits, et notre rôle est de les manger.

-La richesse de l’homme est dans son coeur. C’est dans son coeur qu’il est le roi du monde. Vivre n’exige pas la possession de tant de choses.

LE ROYAUME DES UTOPIES.

Désormais, sans quitter Manosque, Giono ne va plus cesser d’écrire des romans. Il commence par la Trilogie de Pan : Colline- Un de Baumugnes, Regain. Il publie aussi des nouvelles, des essais et des pièces de théâtre. La guerre de nouveau éclate. Giono le pacifiste ne peut rien faire contre le rouleau compresseur de l’envahisseur. Son attitude apparemment attentiste, abrite des maquisards, et lui vaut des ennuis à la Libération. L’ancien de Verdun en devient aigri : ses personnages perdent leur bonté naïve, certains se laissent aller à la haine, à la médiocrité, les belles rédemptions au souffle lyrique ont regagné le royaume des utopies.

Giono meurt dans la nuit du 8 au 9 octobre 1970 d’une crise cardique…

GIONO EN OEUVRES !

1928       COLLINE  – la source tarie, le village va-t-il mourir ?

1929     UN DE BAUMUGNES – Amédée vient en aide à l’amour du gars de Baumugnes pour  Angele qui a fauté ….

1930      REGAIN :        Le village d’Aubignane va–t-il disparaître ?

1931      LE GRAND TROUPEAU :  livre d’un pacifiste qui a connu l’horreur de Verdun.

1932      JEAN LE BLEU – A Manosque, à mi-chemin de l’autobiographie et du roman.

1935      QUE MA JOIE DEMEURE :  du rêve de bonheur à la désillusion, avec un mystérieux Boby et Jourdan le paysan.

1947       UN ROI SANS DIVERTISSEMENT:  Développement de la pensée de Pascal.

manosque-139

Publié dans LITTERATURE | Pas de Commentaire »

SARTRE

Posté par sylvie le 26 décembre 2015

Des romans, des essais, des pièces de théâtre, des milliers d’articles, un engagement politique de tous les instants, une lumineuse philosophie, dans l’héritage d’un Pic de la Mirandole, une intelligence inépuisable doublée d’un petit sourire à la vie, la bonne humeur d’un bon vivant ..Sartre  tel qu’en lui-même …. Jean Paul  appelé Poulou!!

Vous ne connaissez pas Poulou ? vous brûlez d’en savoir davantage sur ce petit prodige qui vous séduit par sa gaieté, son intelligence et son énergie si prometteuse ? Eh bien il vous attend! chez son grand père et sa grand-mère Scheitzwer, en compagnie de sa mère Anne Marie. Et de son père ? non Poulou, né en 1905 n’a pas connu son père, mort des suites d’une maladie contractée en Cochinchine. Maman Anne Marie a décidé alors de vivre chez ses parents, avec Poulou…

Attention ! vous êtes arrivé chez Poulou, chez les Schweitzer.. Vous poussez la porte doucement ,ce n’est pas Poulou qui vous accueille, c’est un homme adulte, pas très grand, des lunettes toutes rondes, la pipe à la bouche, le regard vif, plein de cette intelligence malicieuse qui désamorce toute fatuité, toute vanité. Sa voix s’élève, claire et vive  en vous  comme la confidence faite à un intime .. D’ailleurs vous faites partie de ses intimes, de ses centaines de milliers d’intimes : ses lecteurs.. La visite des lieux de sa mémoire est commencée : vous l’entendez dire » j’étais un enfants, ce monstre que les adultes fabriquent avec leurs regrets. Diable! il n’y va pas de main morte  Poulou!  eh oui, vous avez reconnu Jean Paul Sartre non seulement par la pipe et les petites lunettes, mais par cette phrase enlevée, élégante et dense qui vaut plus que mille pages d’une laborieuse étude de moeurs.

Sartre quitte l’enseignement.ll se   consacre  à l’écriture et fonde avec Simone  de Beauvoir  sa compagne ,et Maurice Pont a revue des » Temps Modernes » politiquement très engagée. Ses pièces de théâtre ( Huit clos- Morts sans sépulture – Les mains sales – mais aussi ses romans  » Les Chemins de la liberté  » ainsi que ses essais lui valent une immense réputation. Si Sartre a pris ses distances avec le PC ,il continue à s’engager pour de nombreuses causes.

Dès 1956 Sartre  prend parti contre l’idée d’une Algérie française et soutient le désir d’indépendance du peuple algérien. Sartre s’élève contre la torture, revendique la liberté pour les peuples de décider de leur sort, analyse la violence comme une gangrène……..Son appartement sera platiqué deux fois à cause de ses prises de position.

En mai 1968 il s’offre une deuxième jeunesse . il  revient sur le devant de la scène en présidant un tribunal fictif autoproclamé,qui est une assemblée internationale d’intellectuels,de militants et de temoins chargés de juger les crimes de guerre des Americains au Vietnam..

Homme de gauche, il soutiendra le mouvement mao face à la répression.Jusqu’à sa mort en 1980 Jean Paul Sartre ne cesse de s’engager aux côtés de ceux qui luttent pour leurs droits, pour la liberté. Il contribue à la fondation de l’hebdomadaire  » Le Nouvel Observateur » en novembre 1964, au lancement de Libération en 1973. Directeur de La Cause du Peuple, en 1970  , journal interdit, il va jusqu’à le distribuer lui même dans la rue! jusqu’à son dernier souffle, Sartre l’humaniste, est fidèle à son éthique.

Des dizaines de milliers de personnes suivent le convoi funèbre qui le conduit le 19 avril 1980    au  cimetière du Montparnasse..

Intransigeant et fidèle à lui même il refuse le Prix Nobel en 1964 car dit-il, aucun homme ne mérité d’être consacré de son vivant. Il a toujours rejeté les honneurs ( à l’exception du titre de Docteur Honoris Causa de l’Université de Jerusalem en 1976.

pi157ub6.jpg

Publié dans LITTERATURE | Pas de Commentaire »

LA LIBERTE

Posté par sylvie le 13 décembre 2015

LA LIBERTE C’EST FAIRE CE QUI NOUS PLAIT?

Bien sur que non : il plaît à l’alcoolique de boire, au sadique de torturer, deux exemples d’aliénation humaine … Très souvent , au contraire , être libre, c’est précisément faire ce qui ne nous plaît pas, on est plus libre à dire une vérité qui nous déplaît  plutôt que le mensonge   qui nous plaît..

ETRE LIBRE,C’EST FAIRE CE QU’ON VEUT?

Qu’est ce que la volonté? Elle n’est pas plus claire que la liberté(on remplace un problème par un autre) , en outre la volonté renvoie à la liberté et on tombe dans un cercle vicieux( on est libre parce qu’on veut quelque chose et on veut quelque chose parce qu’on est libre).

LA LIBERTE DES UNS S’ARRÊTE LA OU COMMENCE CELLE DES AUTRES;

c’est une formule simpliste,seule une propriété matérielle peut s’arrêter là ou commence celle de l’autre.. La liberté est une valeur, or une valeur n’est pas divisible! la liberté est analogue à l’amour d’une mère. Le monde des valeurs , à la différence de celui des marchandises n’est pas celui de la concurrence, c’est celui de la solidarité: ma liberté de penser n’est pas limitée par celle de l’autre..

ON NE PEUT PAS SE PASSER D’UN MAITRE

oui mais quel maître ? Bach est un maître, Hitler aussi! il y’a des maîtres dont on se passerait bien ! On commence tous par être des enfants mais certains restent mineurs toute leur vie ( il est plus facile de ne pas penser que de penser, plus facile de ne rien dire que de dire… )  Qu’est ce qu’un maître ? Le maître de Wagner ,c’était Beethoven, le maître de Platon c’était Socrate, le maître de la télévision c’est le gouvernement … (dans les pays démocratiques bien sur)

L’INDÉPENDANCE EST LE PLUS HAUT DEGRE DE LA LIBERTE

L’indépendance, comme l’émancipation, est une condition nécessaire, mais non suffisante de la liberté. Un enfant mineur qui s’affranchit n’est pas libre pour autant, il s’est seulement libéré d’une dépendance.  Pour être libre, il ne suffit pas de sortir d’une prison, encore faut-il savoir ce qu’on va faire en dehors de la prison ..

En résumé : si être libre c’est être capable de se poser des objectifs et de les atteindre, alors être libre c’est pouvoir répondre de ses actes, bref être responsable.. En ce sens, la liberté est la condition même de la responsabilité morale et juridique d’un individu. La liberté n’est pas l’absence d’obstacle, mais la possibilité de s’y confronter.

BALADE AU BORD DE L EAU

Publié dans PSY | Pas de Commentaire »

BLOG EN PAUSE

Posté par sylvie le 29 novembre 2015

Blog en pause pour une dizaine de jours …

Bonne semaine à tous!

 

oiseaux 123

Publié dans PHILOSOPHIE | Pas de Commentaire »

LORSQUE TOUT DORT

Posté par sylvie le 23 octobre 2015

Lorsque_tout_dort

Publié dans POESIE | Pas de Commentaire »

LA SAGESSE

Posté par sylvie le 3 octobre 2015

La sagesse c’est être attentif aux messages de son coeur, c’est être à l’écoute de soi, à l’écoute de l’autre… Mais comment parvenir à entendre ces messages dans ce vacarme permanent, dans ce rythme quotidien qui ne nous laisse que peu de chances de nous retrouver, de faire le point sur ce que nous ressentons, sur ce que nous désirons vraiment, sur ce qui est essentiel pour nous.

Faute de temps, faute de regard, faute d’écoute, nous perdons notre vraie richesse. Nous nous appauvrissons un peu plus chaque jour et notre vérité devient aridité.  Plus rien ne peut pousser ni pour soi, ni pour l’autre et l’on ne donne plus puisqu’on n’a plus rien à donner …

La sagesse c’est tenter de développer l’harmonie avec soi, bien sur, mais aussi avec l’autre. Tenter d’intégrer les contraires, souvent faces opposées d’une même vérité, plus complémentaires que contradictoires.

La sagesse est ouverture, rigueur, courage, endurance, engagement, humilité. Elle est apprendre et comprendre, mais comprendre de tout son être.

Quelques citations :

« On ne reçoit pas la sagesse, il faut la découvrir soi même après un trajet que personne ne peut faire pour nous » ….Marcel Proust.

« Tu me dis, j’oublie -
Tu m’enseignes, je me souviens
Tu m’impliques, j’apprends ……BENJAMIN FRANKLIN

« On n’enseigne pas ce que l’on sait,
on n’enseigne pas ce que l’on veut
On enseigne ce que l’on est ……….JEAN JAURES

‘ »ce qui compte dans l’effort, c’est avant tout l’action plutôt que le résultat.’

« Fais donc ton devoir sans te préoccuper de ce qu’il en résulte, de son aboutissement bon ou mauvais. Dans la seule sagesse,tu trouveras ton refuge sans penser à l’issue, source de maux et de misère. Le sage ne se soucie ni du bon ni du mauvais en ce monde.L.V.BEETHOVEN.

« Donne tes mains pour servir et ton coeur pour aimer … »Mère Téresa.

« On ne voit bien qu’avec le coeur, l’essentiel est invisible pour les yeux »…ST EXUPERY

« Pour obtenir une vérité quelconque sur moi, il faut que je passe par l’autre »…J.P.SARTRE

 

chat et oiseau

Publié dans PHILOSOPHIE | Pas de Commentaire »

PENSEE INDIENNE

Posté par sylvie le 27 septembre 2015

Mes jeune gens ne travailleront jamais.
Les hommes qui travaillent ne peuvent rêver,
Et la sagesse nous vient par les rêves.
Vous me demandez de labourer la terre,
Dois je prendre un couteau
Et dechirer le sein de ma mère?
Alors q uand je mourrai, elle ne voudra pas
Me prendre dans son sein pour que je m’y repose .
Vous me demandez de creuser pour trouver la pierre.
Dois je creuser sous sa  peau homme-dans-champs-1024x924
 pour m’emparer de ses os ?
Mais quand je mourrai je ne pourrai plus
Entrer dans son corps pour renaître.
Vous me demandez de couper l’herbe,
D’en faire du foin, de le vendre
Pour être aussi riche que les hommes blancs
Mais comment oserai- je couper les cheveux de ma mère ?
PENSEE INDIENNE

Publié dans PHILOSOPHIE | Pas de Commentaire »

LA PSYCHOLOGIE

Posté par sylvie le 19 septembre 2015

LA PSYCHOLOGIE

selon les auteurs, le terme de  » psychologie » daterait du XVIe siècle ….  La psychologie a longtemps été envisagée comme la science de la vie    mentale, de ses phénomènes et de ses conditions ».
Aujourd’hui la psychologie s’élève au rang de science des  » conduites »…Cela signifie qu’elle s’intéresse en particulier au comportement de l’homme, à son action, sur  son entourage, aux    relations, aux influences pouvant s’établir entre l’organisme et le milieu, au rôle des processus physiologiques conscients ou inconscients sur le corps.
La psychologie fut d’abord très liée au courant philosophique qui s’attachait à l’âme. Mais depuis la moitié du XIXe siècle, elle a pris ses distances pour endosser le manteau scientifique. Dès    lors, elle multiplie ses recherches sur l’être humain. Elle pose le verre  grossissant aussi bien sur ses caractères généraux que sur ses différences.
Nous avons souvent du psychologue l’image d’une  personne qui, tantôt mesure notre degré d’intelligence, tantôt analyse nos rêves,ou bien nous vient en aide lorsque nous rencontrons des    difficultés scolaires,sociales, professionnelles,familiales, conjugales ou encore mettant au jour notre personnalité comportementale.. La psychologie c’est un peu tout cela à la fois.. Elle    n’obéit donc pas à une méthode unique. Sur la grande voie de la psychologie il existe des chemins de traverse. Un même fait analysé par un clinicien ou par un partisan du comportementalisme ne    sera pas éclairé sous un jour identique.
La psychologie est donc un terme qu’il convient d’envisager au pluriel puisqu’il recouvre des aspects aussi variés que le béhaviorisme, le gestaltisme.
LA PSYCHOLOGIE CLINIQUE
La psychologie clinique naît d’une réaction contre les méthodes expérimentales. Elle pose un doigt accusateur sur les expériences menées en laboratoire qu’elle estime    artificielle…
La psychologie clinique a une origine philosophique et médicale.. Le psychologue clinicien soumet son patient à un examen approfondi afin de le connaître le mieux possible. Ses méthodes      d’investigation sont diverses… Cela va de l’interview aux dossiers biographiques en passant par les questionnaires ou les tests de performance comme de mesure intellectuelle ou    encore de personnalité…Il établit ensuite la  » synthèse clinique »..Elle repose sur le littéraire,qui, très schématiquement, emprunte deux directions..
LA PYSCHOLOGIE GENETIQUE :
Elle voit le jour au coeur d’un début sur les fondements de la raison humaine, entre les partisans de l’inné ( caractères de naissance liés au patrimoine génétique) , et ceux de l’acquis ( venant    du savoir, de l’expérience, de l’évènement.)
Deux maîtres de la psychologie génétique s’imposent en même temps qu’ils s’affrontent : Piaget et Wallon.. Pour Piaget, l’enfant progresse par stades successifs qui marquent le passage à une    forme plus évoluée de la pensée. Très schématiquement,le développement de l’enfant est continu. Il chemine sur une route toute tracée et les stades seraient comme des carrefours qu’il doit    traverser.. Au contraire, Wallon voit le développement de l’enfant discontinu, marqué de  » crises », de  » conflits » ..

REGARD2

Publié dans PSY | Pas de Commentaire »

ABECEDAIRE DE QUELQUES NOTIONS FONDAMENTALES

Posté par sylvie le 5 septembre 2015


ABECEDAIRE DE QUELQUES NOTIONS FONDAMENTALES
  •  » Hier je me suis mis en colère contre le garagiste »…. ,  » J’ai une boule dans la gorge,je ne vais jamais arriver à parler » ..  , » Catherine s’est    effondrée en sanglots à cause de son ami  » …. Toutes ces phrases évoquent la vie affective, mais parlent-elles de la même chose ?  Toutes ces personnes vivent des états émotionnels. La    nature de leur ressenti est – elle identique ?  Peut -on confondre sensation, émotion et sentiment ?  Qu’est ce qu’une humeur? Et un tempérament ?

     

    SENSATION : 

    Une sensation est l’information procurée par les organes des sens. Elle dure tant que dure la stimulation. Elle n’est pas    nécessairement consciente.

     

    Combien avons nous de sens ?    Cinq répondent avec affirmation les bons élèves…. Six , ajoutent    quelques autres qui en général font référence à l’intuition, ce fameux sixième sens…

     

    En réalité, nous en avons bien davantage. Mais à moins d’avoir suivi des études de physiologie, nul ne nous en a jamais    parlé! c’est loin d’être anodin.

     

    Nous avons appris l’audition, le goût, l’olfaction, le toucher, la vision. Ces cinq sens appris à l’école nous renseignent    sur ce qui à l’extérieur de nous, ils sont les instruments de l’extéroception.

     

    L’interoception, la sensibilité aux stimuli internes,est fréquemment passée sous silence. Le message délivré aux enfants    est clair.  » ce qui est à l’intérieur de toi n’existe pas ou n’a pas de valeur, concentre toi sur l’extérieur ».. Même aujourd’hui, alors que le programme officiel de l’école primaire stipule que    l’élève dès la maternelle doit apprendre à  » identifier ses sensations et ses émotions », rares sont les moments en classe consacrés à se mettre en cercle pour qu’enfants et professeur mettent des    mots sur leur vécu. Perso, j’aurai tant eu besoin que le professeur nomme ce qui se passait en moi quand il m’appelait au tableau.. J’aurai aimé savoir que le noeud à l’estomac, la gorge sèche,    les mains moites, étaient des réactions naturelles et normales de mon organisme, que mon corps était ainsi en train de se préparer à parler devant toute la classe? Je me croyais seule à ressentir    cela.J’etais différente, moins bien.. Non préparée, je ne savais accueillir ces sensations. Paniquée je tentais de faire taire mon corps, ne réussissant qu’à trembler, bafouiller et oublier mes    leçons…

     

    Les sensations de noeud à l’estomac, de tremblement, de fourmis et autres picotements, de détente ou de tension    appartiennent au registre de l’intéroception. L’extéroception nous renseigne sur ce qui est à l’extérieur du corps. L’intéroception nous renseigne sur ce qui est à l’intérieur au corps.. Elle    englobe la kinesthésie (sensations de mouvement), les diverses somesthésies ( sensations corporelles) liées aux récepteurs musculaires abdominaux, respiratoires et    cardiovasculaires.

     

    La sensibilité proprioceptive nous informe sur la position et le mouvement des muscles et des    articulations.

     

    Le sens vestibulaire nous renseigne sur notre équilibre. Il est particulièrement sollicité sur les manèges et autres space    mountains.

     

    Nos sensations internes nous renseignent sur nos émotions…

     

    Une émotion est une réponse physiologique à une stimulation…Les émotions font partie de notre équipement de survie. Leur fonction biologique    est double :

     

                      -  Produire une réaction spécifique    à la situation déclencheur

                      – Réguler l’état interne de l’organisme    pour maintenir son intégrité.

     

    Nombre de personnes mettent d’emblée l’angoisse dans la colonne émotion. Il est vrai que l’angoisse est assortie de nombreuses sensations    physiques, c’est un ressenti qui paraît physiologique…En fait, ce n’est pas une émotion, c’est un mélange d’émotions ( peur et colère, peur et tristesse, peur sur conflit colère/tristesse    …)ce qui en fait un sentiment parasite..

     

    Une émotion dure quelques minutes au plus et se déploie en trois temps: charge, tension, décharge…L’émotion guide l’organisme  vers une    réaction adaptée à l’environnement.   La décharge est la phase d’expression qui permet au corps de revenir à son équilibre de base…

     

    Nous aimerions éviter la souffrance, faire taire ces émotions qui expriment nos blessures … Comme si nous pouvions éviter les déchirures de la    vie. Nous sommes tentés de croire que nos émotions sont des erreurs de la nature à rectifier par un contrôle sévère . La nature nous a pourtant dotés d’un système émotionnel pour notre plus grand    bien..  Le système émotionnel dont notre cerveau est doté est utile! nos émotions sont à notre service.

     

    SENTIMENT

     

    Un sentiment est un état affectif complexe.combinaison d’éléments émotifs et imaginatifs, plus ou moins clair, stable..  Le sentiment    s’étaye sur une émotion ou se constitue     à partir d’un mélange d’émotions: le sentiment de culpabilité,par exemple, est fait de peur et de colère retournée contre soi ..    L’émotion est une information transmise par le corps. Le sentiment est une construction, une élaboration  de notre lien à autrui, une orientation psychique.. Il est interne, privé et n’est    pas accompagné de modifications physiologiques importantes..

     

    Il peut durer toute une vie, comme un sentiment d’amour ou de haine .. En général, exprimer un sentiment le renforce. Pour se libérer d’une    émotion désagréable, à condition qu’elle soit authentique, il suffit de l’exprimer.. Pour se libérer d’un sentiment douloureux, il est nécessaire de démêler les noeuds émotionnels..  » j’ai peur    de parler devant vous, j’ai les mains moites ,une boule dans la gorge » ….  C’est une émotion , une réaction physiologique de trac  appropriée devant un public…   ‘ » Je    suis angoissée , dit souvent cette personne à son mari ,qui part sur les routes «   c’est un complexe d’émotions, un sentiment qui recouvre ses émotions véritable, l’exprimant, elle    l’entretient et s’y enferme …

     

    HUMEUR

     

    Une humeur est un état passager, une ambiance affective qui colore le vécu. Elle dure de quelques heures à une journée. Elle peut s’installer    progressivement ou changer brusquement.

    Elle est en général le résultat d’une émotion non exprimée. Elle peut naître à la suite d’un rêve, d’une association inconsciente, d’un conflit    entre plusieurs émotions. Nos rêves mettent en image des émotions que nous avons du mal à nous avouer.. Ils nous révèlent des conflits internes dont nous resterions volontiers inconsconcients. Le    rêve est parfois si crypté que sa signification nous échappe, mais l’humeur qui en découle trahit nos sentiments.

     

    L »humeur peut aussi être liée à un processus physiologique sans lien avec une émotion. Hormone et humeur ont la même racine.

     

    TËMPERAMENT

     

    Un tempérament est une habitude émotionnelle apprise dans l’enfance. Il peut marquer la personne toute une vie. Convaincus de la véracité de nos    croyances sur nous mêmes ( je suis colérique, timide …) nous les entretenons par nos réactions stéréotypées.

     

    Non votre tempérament n’est pas votre  identité!  vous pouvez en changer s’il est inconfortable..  Bien sur il y’a des seuils de    sensibilité différents, notre histoire joue un grand rôle dans la construction de notre sentiment d’identité.. De plus,il faut se rappeler que notre cerveau est malléable, nous disposons d’une    plus grande liberté que nous le croyons..

     

    Si l’ensemble des spécialistes actuels s’accordent à peu près sur les définitions, chacun opère son propre classement, tant il est difficile de    mettre l’expérience humaine en lignes et  colonnes. Certains ne verront que quatre émotions dites  » de base » : la peur, la colère, la tristesse et la joie.  Quelques psy incluront    l’amour. Les neurophysiologistes ajouteront la surprise. Au psychothérapeute sont exprimées des émotions qu’on n’ose pas dire ailleurs.. Le psychothérapeute, témoin du réflexe de vomissement de    la personne qu’il accompagne, classera le dégoût au rang des émotions…

     

    C’est dire si tout ce travail de clarification est encore en évolution, en construction

    bonweek.gif

     

Publié dans PHILOSOPHIE, PSY | Pas de Commentaire »

MES CITATIONS

Posté par sylvie le 28 août 2015

Ceux qui ne connaissent pas leur histoire s’exposent à ce qu’elle recommence…E.Wiezel

Le monde est dangereux à vivre non pas à cause de ceux qui font le mal mais à cause de ceux qui regardent et laissent agir.

Le domaine de la liberté commence là ou s’arrête le travail déterminé par la nécessité…..KARL MARX

La valeur de la vie ne peut se mesurer que par le nombre de fois où l’on a eprouvé une passion ou une émotion forte;

C‘est une belle harmonie que le dire et le faire vont ensemble……MONTAIGNE

Les miroirs feraient bien mieux de réfléchir avant de renvoyer les images………….JEAN COCTEAU

Le futur appartient à celui qui a la plus longue mémoire. NIETZSCHE

Un    auteur italien disait :  » tu seras aimé  le jour où tu pourras montrer ta faiblessesse sans que l’autre s’en serve pour affirmer sa force « 

On opposant la haine contre la haine, on ne fait que la répandre, en surface comme en profondeur ! ….GANDHI

 

dc9d0b8d

Publié dans CITATIONS | Pas de Commentaire »

12345...24
 

pas d'histoires entre nous |
journal de la guenon du bou... |
meslivrespreferees |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Because the words are my life
| LA CULTURE ET L'UNIVERSALISME
| ENVIE DE LECTURE