ABECEDAIRE DE QUELQUES NOTIONS FONDAMENTALES

Posté par sylvie le 5 septembre 2015


ABECEDAIRE DE QUELQUES NOTIONS FONDAMENTALES
  •  » Hier je me suis mis en colère contre le garagiste »…. ,  » J’ai une boule dans la gorge,je ne vais jamais arriver à parler » ..  , » Catherine s’est    effondrée en sanglots à cause de son ami  » …. Toutes ces phrases évoquent la vie affective, mais parlent-elles de la même chose ?  Toutes ces personnes vivent des états émotionnels. La    nature de leur ressenti est – elle identique ?  Peut -on confondre sensation, émotion et sentiment ?  Qu’est ce qu’une humeur? Et un tempérament ?

     

    SENSATION : 

    Une sensation est l’information procurée par les organes des sens. Elle dure tant que dure la stimulation. Elle n’est pas    nécessairement consciente.

     

    Combien avons nous de sens ?    Cinq répondent avec affirmation les bons élèves…. Six , ajoutent    quelques autres qui en général font référence à l’intuition, ce fameux sixième sens…

     

    En réalité, nous en avons bien davantage. Mais à moins d’avoir suivi des études de physiologie, nul ne nous en a jamais    parlé! c’est loin d’être anodin.

     

    Nous avons appris l’audition, le goût, l’olfaction, le toucher, la vision. Ces cinq sens appris à l’école nous renseignent    sur ce qui à l’extérieur de nous, ils sont les instruments de l’extéroception.

     

    L’interoception, la sensibilité aux stimuli internes,est fréquemment passée sous silence. Le message délivré aux enfants    est clair.  » ce qui est à l’intérieur de toi n’existe pas ou n’a pas de valeur, concentre toi sur l’extérieur ».. Même aujourd’hui, alors que le programme officiel de l’école primaire stipule que    l’élève dès la maternelle doit apprendre à  » identifier ses sensations et ses émotions », rares sont les moments en classe consacrés à se mettre en cercle pour qu’enfants et professeur mettent des    mots sur leur vécu. Perso, j’aurai tant eu besoin que le professeur nomme ce qui se passait en moi quand il m’appelait au tableau.. J’aurai aimé savoir que le noeud à l’estomac, la gorge sèche,    les mains moites, étaient des réactions naturelles et normales de mon organisme, que mon corps était ainsi en train de se préparer à parler devant toute la classe? Je me croyais seule à ressentir    cela.J’etais différente, moins bien.. Non préparée, je ne savais accueillir ces sensations. Paniquée je tentais de faire taire mon corps, ne réussissant qu’à trembler, bafouiller et oublier mes    leçons…

     

    Les sensations de noeud à l’estomac, de tremblement, de fourmis et autres picotements, de détente ou de tension    appartiennent au registre de l’intéroception. L’extéroception nous renseigne sur ce qui est à l’extérieur du corps. L’intéroception nous renseigne sur ce qui est à l’intérieur au corps.. Elle    englobe la kinesthésie (sensations de mouvement), les diverses somesthésies ( sensations corporelles) liées aux récepteurs musculaires abdominaux, respiratoires et    cardiovasculaires.

     

    La sensibilité proprioceptive nous informe sur la position et le mouvement des muscles et des    articulations.

     

    Le sens vestibulaire nous renseigne sur notre équilibre. Il est particulièrement sollicité sur les manèges et autres space    mountains.

     

    Nos sensations internes nous renseignent sur nos émotions…

     

    Une émotion est une réponse physiologique à une stimulation…Les émotions font partie de notre équipement de survie. Leur fonction biologique    est double :

     

                      -  Produire une réaction spécifique    à la situation déclencheur

                      – Réguler l’état interne de l’organisme    pour maintenir son intégrité.

     

    Nombre de personnes mettent d’emblée l’angoisse dans la colonne émotion. Il est vrai que l’angoisse est assortie de nombreuses sensations    physiques, c’est un ressenti qui paraît physiologique…En fait, ce n’est pas une émotion, c’est un mélange d’émotions ( peur et colère, peur et tristesse, peur sur conflit colère/tristesse    …)ce qui en fait un sentiment parasite..

     

    Une émotion dure quelques minutes au plus et se déploie en trois temps: charge, tension, décharge…L’émotion guide l’organisme  vers une    réaction adaptée à l’environnement.   La décharge est la phase d’expression qui permet au corps de revenir à son équilibre de base…

     

    Nous aimerions éviter la souffrance, faire taire ces émotions qui expriment nos blessures … Comme si nous pouvions éviter les déchirures de la    vie. Nous sommes tentés de croire que nos émotions sont des erreurs de la nature à rectifier par un contrôle sévère . La nature nous a pourtant dotés d’un système émotionnel pour notre plus grand    bien..  Le système émotionnel dont notre cerveau est doté est utile! nos émotions sont à notre service.

     

    SENTIMENT

     

    Un sentiment est un état affectif complexe.combinaison d’éléments émotifs et imaginatifs, plus ou moins clair, stable..  Le sentiment    s’étaye sur une émotion ou se constitue     à partir d’un mélange d’émotions: le sentiment de culpabilité,par exemple, est fait de peur et de colère retournée contre soi ..    L’émotion est une information transmise par le corps. Le sentiment est une construction, une élaboration  de notre lien à autrui, une orientation psychique.. Il est interne, privé et n’est    pas accompagné de modifications physiologiques importantes..

     

    Il peut durer toute une vie, comme un sentiment d’amour ou de haine .. En général, exprimer un sentiment le renforce. Pour se libérer d’une    émotion désagréable, à condition qu’elle soit authentique, il suffit de l’exprimer.. Pour se libérer d’un sentiment douloureux, il est nécessaire de démêler les noeuds émotionnels..  » j’ai peur    de parler devant vous, j’ai les mains moites ,une boule dans la gorge » ….  C’est une émotion , une réaction physiologique de trac  appropriée devant un public…   ‘ » Je    suis angoissée , dit souvent cette personne à son mari ,qui part sur les routes «   c’est un complexe d’émotions, un sentiment qui recouvre ses émotions véritable, l’exprimant, elle    l’entretient et s’y enferme …

     

    HUMEUR

     

    Une humeur est un état passager, une ambiance affective qui colore le vécu. Elle dure de quelques heures à une journée. Elle peut s’installer    progressivement ou changer brusquement.

    Elle est en général le résultat d’une émotion non exprimée. Elle peut naître à la suite d’un rêve, d’une association inconsciente, d’un conflit    entre plusieurs émotions. Nos rêves mettent en image des émotions que nous avons du mal à nous avouer.. Ils nous révèlent des conflits internes dont nous resterions volontiers inconsconcients. Le    rêve est parfois si crypté que sa signification nous échappe, mais l’humeur qui en découle trahit nos sentiments.

     

    L »humeur peut aussi être liée à un processus physiologique sans lien avec une émotion. Hormone et humeur ont la même racine.

     

    TËMPERAMENT

     

    Un tempérament est une habitude émotionnelle apprise dans l’enfance. Il peut marquer la personne toute une vie. Convaincus de la véracité de nos    croyances sur nous mêmes ( je suis colérique, timide …) nous les entretenons par nos réactions stéréotypées.

     

    Non votre tempérament n’est pas votre  identité!  vous pouvez en changer s’il est inconfortable..  Bien sur il y’a des seuils de    sensibilité différents, notre histoire joue un grand rôle dans la construction de notre sentiment d’identité.. De plus,il faut se rappeler que notre cerveau est malléable, nous disposons d’une    plus grande liberté que nous le croyons..

     

    Si l’ensemble des spécialistes actuels s’accordent à peu près sur les définitions, chacun opère son propre classement, tant il est difficile de    mettre l’expérience humaine en lignes et  colonnes. Certains ne verront que quatre émotions dites  » de base » : la peur, la colère, la tristesse et la joie.  Quelques psy incluront    l’amour. Les neurophysiologistes ajouteront la surprise. Au psychothérapeute sont exprimées des émotions qu’on n’ose pas dire ailleurs.. Le psychothérapeute, témoin du réflexe de vomissement de    la personne qu’il accompagne, classera le dégoût au rang des émotions…

     

    C’est dire si tout ce travail de clarification est encore en évolution, en construction

    bonweek.gif

     

Publié dans PHILOSOPHIE, PSY | Pas de Commentaire »

MES CITATIONS

Posté par sylvie le 28 août 2015

Ceux qui ne connaissent pas leur histoire s’exposent à ce qu’elle recommence…E.Wiezel

Le monde est dangereux à vivre non pas à cause de ceux qui font le mal mais à cause de ceux qui regardent et laissent agir.

Le domaine de la liberté commence là ou s’arrête le travail déterminé par la nécessité…..KARL MARX

La valeur de la vie ne peut se mesurer que par le nombre de fois où l’on a eprouvé une passion ou une émotion forte;

C‘est une belle harmonie que le dire et le faire vont ensemble……MONTAIGNE

Les miroirs feraient bien mieux de réfléchir avant de renvoyer les images………….JEAN COCTEAU

Le futur appartient à celui qui a la plus longue mémoire. NIETZSCHE

Un    auteur italien disait :  » tu seras aimé  le jour où tu pourras montrer ta faiblessesse sans que l’autre s’en serve pour affirmer sa force « 

On opposant la haine contre la haine, on ne fait que la répandre, en surface comme en profondeur ! ….GANDHI

 

dc9d0b8d

Publié dans CITATIONS | Pas de Commentaire »

CONNAISSANCE DE SOI

Posté par sylvie le 18 août 2015

Apprendre à mieux vous connaître, c’est apprendre à considérer toutes les facettes de votre personnalité dans le but de choisir les meilleures      options possibles.

 

La connaissance de soi c’est aussi aller vers une meilleure compréhension de soi. Elle peut vous aider à comprendre davantage ce qui vous motive,      pourquoi vous agissez de telle ou telle manière. La connaissance de soi vous permet de donner une direction plus précise à votre vie, vous connaître , c’est savoir ce que sont :

 

LES CROYANCES : ce sont les idées auxquelles vous croyez, vos convictions. Elles sont à la base de vos comportements, elles sont apprises.

 

LES VALEURS : c’est ce qui est important dans votre vie. Elles donnent un sens à ce qui est fait . Elles proviennent de vos croyances les plus      fondamentales et elles sont aussi apprises.

 

LES BESOINS : ce sont des exigences. Les besoins peuvent être nécessaires,utiles ou superficiels. Ils s’expriment la plupart du temps lorsqu’un      manque est resenti. Ils peuvent être appris, innés, constants ou momentanés.

 

LES RESSOURCES! ce sont les forces personnelles de l’esprit, du caractère qui vous permettent d’agir en utilisant tout votre potentiel ( ex bon      jugement, force physique etc)

 

LES LIMITES : ce sont les frontières à intérieur desquelles vous êtes capable de fonctionner, frontières que les possibilités physiques ou      intellectuelles ne peuvent dépasser.

 

HABILETE : ce sont vos attitudes, vos capacités à faire quelque chose, être habile de vos mains s, calcul etc)

 

SENTIMENTS : ce sont des états affectifs assez stables et durables.

 

COMPORTEMENT : ce sont des manières d’être et de se conduire qui sont visibles ( ce que vous faites, parler , compter, reparer, diriger      etc..)

FACE A LA MER3

Publié dans PSY | Pas de Commentaire »

TIMIDITE ET HYPEREMOTIVITE

Posté par sylvie le 10 août 2015

L’émotivité est une propriété fondamentale et normale de tout être humain. Elle lui permet de réagir à toutes les excitations externes ou internes. Toutes ces excitations peuvent être appelées  » circonstances »..

 

L’émotivité est une réaction élémentaire, déclenchée par des modifications brusques et immédiates. L ‘émotivité se traduit par des réactions étendues: psychologiques, physiologiques, neurologiques, musculaires et  et expressives.  On peut distinguer  quatre modes de réactions principaux : le plaisir, la tristesse, la colère, la peur.

 

Il va de soi que l’hyperémotivité apparaît lorsque la réaction  » dépasse la frontière » … La réaction est alors disproportionnée à la circonstance ( exemple : telle personne qui tremble à la vue d’une araignée…)

 

L’hyperémotivité est donc :

 

- une réponse trop intense à la circonstance,

-une réponse trop longue à la circonstance,

-Une réponse trop en surface : il ya discordance entre le sentiment ( sans effet profond) et la réaction qui dépasse la mesure (exemple :crise de nerfs)…

 

Toutes les réactions de l’hyperémotivité sont excessives :

- rires ou pleurs exagérés et entrecoupés,

- rougeurs et pâleurs,

-forte sudation,

- spasmes de la face,

- spasmes coliques,

- fort papillotement des paupières….

 

Mais si l’homme naît avec son émotivité, l’hyperémotivité peut, également, exister dès la naissance. C’est l’être humain à à constitution émotives… De plus, l’hyperémotivité peut s’installer à la suite de grands chocs… 

Certaines hyperémotivité  se traduisent par :

 

L’IMPULSIVITÉ :

 

 

L’impulsivité est une sorte de besoin irrésistible, poussant le sujet à un acte irraisonné : d’où son caractère dangereux et parfois brutal.

Cette impulsion peut se produire à la suite d’une poussée intérieure sans qu’une cause extérieure intervienne : c’est alors la satisfaction d’un instinct, d’un désir ou d’un besoin. Mais elle se déclenche aussi par cause extérieure , alors la riposte est trop immédiate, et disproportionnée à la cause.

 

TOUT TIMIDE EST-IL EMOTIF ? OU BIEN :TOUT EMOTIF EST  IL TIMIDE ?

 

La réponse est presque impossible à donner puisque les deux manifestations sont souvent intimement liées.

Or on identifie souvent timidité et hyperémotivité. Est ce à tort ou à raison ? On sait bien que ‘hyperémotif est esclave de ses réactions émotives… et que en même temps il est souvent  impulsif. De même le timide, pendant sa crise d’intimidation devient lui aussi l’esclave de ces mêmes réactions…

 

La timidité est souvent présentée comme un phénomène d’émotivité. D’après cela, tout émotif serait timide!  or si ‘on considère  l’émotivité, on ne peut pas y accrocher la timidité… D’après l’expérience, beaucoup d’émotifs ne sont nullement timide…et beaucoup de timides ne sont pas hypeermotifs..

 

D’où l’on peut conclure que : si la crise de timidité déclenche une hyperémotivité, cette hyperémotivité a des causes particulières, qu’il faut rechercher.

belle pensee

Publié dans PSY | Pas de Commentaire »

LA GITANE

Posté par sylvie le 8 juillet 2015

[]LA GITANE

 

]Ses différences me ressemblaient

Elle caressante comme la mer

Un ciel de Provence

Eclaté dans l’agate

Un bleu fuyant

Dans un azur fixe

Aux courbures de l’espace

Une voyageuse des cœurs

Cet amour déguisé

Aux sourires aiguisés

Ses yeux charbons ardents

Etaient devenus mes aurores

Ce doux enfer

Ce paradis infernal

Le cliquetis de ses bracelets

Etait cloche de cathédrale

Ses mouvements

Des marais d’océan

Elle est partie un soir

Sans tambour ni trompette

Vers d’autres lieu

Conquérir xd’autres mondes.

THIERRY FERRAND

gitanes3

Publié dans PHILOSOPHIE | Pas de Commentaire »

POURQUOI LA VIE N’EST PAS JUSTE ?

Posté par sylvie le 16 mai 2015

 

POURQUOI LA VIE N’EST- ELLE PAS JUSTE ?

 

La vie n’est pas juste : c’est une des réalités les plus difficiles à faire admettre. En effet, un des postulats du modèle linéaire occidental est    que le monde est juste: si on travaille assez dur et assez longtemps, on réalise ses ambitions.. Peut être est ce notre idéal de liberté,d’égalité et de fraternité  pour tous qui nous a    conduits à penser qu’ainsi va le monde . De toute façon, quelle qu’en soit la raison, nous voudrions bien que le monde soit juste: c’est un fait. Nous voudrions pouvoir nous fier à quelque chose    de solide, nous cherchons des garanties quant à notre sécurité et ànotre bien etre.. Le fait que ces garanties n’existent pas ne nous empêche pas de les désirer. Beaucoup de nos mécanismes de    défense, de nos illusions et de nos dénégations proviennent de ce que nous n’acceptons pas cette réalité s imple : la vie n’est pas juste.

La v ie n’est pas juste parce que la  » justice » implique un jugement de valeur, essentiellement    subjectif, le verdict du jugement change en fonction de la personne qui évalue la situation et du moment où elle le fait. Ce qui me semble juste aujourd’hui me semblera peut être injuste demain    ou dans des circonstances différentes, ou avec d’autres personnes.

L’importance du concept selon lequel la vie n’est pas juste ne réside pas dans l’explication    que l’on peut lui donner, mais dans la façon dont on l’accepte. On peut poser et reposer la question jusqu’à devenir fou, on trouvera toujours des raisons suivant lesquelles la vie devrait être    bel et bien juste pour nous, nous pouvons passer des heures à argumenter, à nier l’évidence ou à nous décourager, ,parce que l’injustice a de nouveau frappé.  Les vraies questions    d’injustice, où la vie et la mort sont en jeu, ne seront jamais explicables de façon rationnelle.. Quand une personne que vous aimez se meurt, il est impossible de trouver un « pourquoi »    satisfaisant. On peut savoir de quoi meurt la personne  mais on ne découvrira jamais pourquoi.   Le fait de s’appesantir sur ce pourquoi peut créer des troubles de comportement. La    bonne attitude est toute différente: il faut accepter et faire son deuil.     Le chagrin a une fin, le deuil est un processus naturel. Mais se demander pourquoi n’a pas de    fin, c’est stérile, tôt ou tard, il  il nous faut renoncer à savoir, accepter la réalité et recommencer à vivre …

Essayer de rendre le monde juste est à la fois destructeur et contraire au but recherché.    Beaucoup de gens de bonne volonté s’exténuent à remédier à l’injustice du monde. Certains sont ce que nous appelons des codépendants, certains sont des martyrs vivants, bien peu sont de    véritables saints. Les codépendants et les martyrs vivants tendent à ruminer leur colère, leur rancoeur, leur envie et leur sentiment d’insécurité. Leur refus d’accepter la réalité les rend amers    et malheureux, provoquant en eux des souffrances inutiles qui les empêchent de se développer. Et ça, ce n’est vraiment pas juste!

Paradoxe : le fait d’accepter que la vie soit injuste conduit souvent à des comportements plus    objectifs, plus aimants et plus réalistes. Les gens qui acceptent la réalité sont souvent perçus comme plus  » justes » que ceux qui s’acharnent à forcer le monde et à devenir    juste.

ESTEREL

 

Publié dans PHILOSOPHIE | Pas de Commentaire »

LA PLUIE

Posté par sylvie le 13 avril 2015

La pluie nous dérange quand elle met en péril une récolte ou quand on excerce une activité irréalisable par temps pluvieux. Mais elle devient source d’enchantement  llorsque, bien emmitouflés dans un imperméable, on se promène sur un chemin côtier , émus par la beauté e t l’impétuosité d’un paysage en larmes. De même, la pluie nourrit la terre, rafraîchit la nature et nous fait apprecier le retour du soleil.

 

Les variation climatiques mettent en lumière nos intempéries personnelles qui ont, elles  aussi, leurs raisons et leur charme.  Un problème professionnel peut nous amener  à changer de voie, un chagrin d’amour à nous transformer ,une trahison, à devenir plus circonspect.

 

Les problèmes rencontrés sur notre route nous donnent des leçons de vie. Voyons les comme des enseignements.

 

Quand on se sent different ou exclu, rappelons nous q u’il y’a toujours quelque part un lieu qui nous appartient ou une culture qui nous correspond.

pluie22

Publié dans nature | Pas de Commentaire »

DIX BONNES RAISONS D’AIMER LE PRINTEMPS

Posté par sylvie le 24 mars 2015

 

Les fleurs en boutons,

En Provence, la lavande dans les prés,

Une salade craquante dans l’assiette,

Les giboulées de Mars,

Les journées qui s’allongent,

Le soleil qui réchauffe la peau,

Les draps qui respirent sur les fenêtres,

Sortir les cartons des vêtements légers et ranger ses vêtements d’hiver,

Faire ses courses à bicyclette,

S’émerveiller de la palette de vert dans les jardins,

Un grand courant d’air dans la maison pour la nettoyer de fond en comble….

chemin fleuri

Publié dans PHILOSOPHIE | Pas de Commentaire »

L’ESTIME DE SOI

Posté par sylvie le 16 mars 2015

 
  • L'ESTIME DE SOI dans PSY 9X7zloZNcEwUabP01qwg6Jq0UH8

     

    Il est intéressant de savoir    comment nous nous voyons au quotidien ….

    L’estime de soi peut se définir de bien des façons, elle consiste à s’aimer et se respecter soi même,à se mettre à la première place et à    répondre à ses propres besoins. Elle consiste à s’accorder la considération que l’on mérite, c’est à dire la plus haute. Il ne faut pas se contenter de s’aimer soi même, il faut se comporter vis    à vis  de soi avec amour en toutes circonstances.

    La façon la plus simple et la meilleure de concevoir l’estime de soi, c’est d’imaginer que l’on aime profondément quelqu’un,  que l’on    a toujours le plus vif plaisir à rencontrer cette personne et à lui parler, que l’on ne souhaite rien que de passer du temps avec elle , que l’on pense à elle avec tendresse et que l’on s’efforce    de tout faire pour lui complaire.. Cette personne bien aimée est la plus importante du monde à nos yeux, et nous cherchons à tout faire pour qu’elle le sache. A présent, mettez vous à la place de    cette personne et agissez exactement de la même façon vis à vis de vous même : voilà ce qu’est l’estime de soi.

    S’aimer, prendre soin de soi même, c’est exactement le contraire de ce que l’on nous a appris  à faire et à penser. On nous a appris à    estimer les autres, ou des éléments extérieurs à nous, on nous a appris à mesurer notre valeur personnelle d’après ce que nous possédons ou d’après la façon dont on nous aime.. C’est la    définition même du moi  faible : notre valeur dépend de facteurs extérieurs à nous mêmes, d’ éléments dont nous n’avons pas la maîtrise ..

    Les seules choses dont nous avons la maîtrise ce sont la façon dont nous nous percevons nous mêmes et nos actes découlant de ces sentiments.    Si nous décidons de nous nous aimer  et de nous traiter de façon attentionnée, si nous choisissons  de cultiver l’estime de nous même, alors nous sommes maîtres de nous .. Nous ne    risquons pas de perdre notre estime de nous mêmes …

    Le test suprême de notre estime de nous mêmes, c’est quand tout s’ effondre, quand ce monde de fous s’ écroule et que nous perdons toutes    les choses auxquelles nous accordions de la valeur. Si nous persistons à nous aimer et à savoir que nous sommes aimés, c’est que nous possédons l’estime de nous mêmes.

    REGARD2

Publié dans PSY | Pas de Commentaire »

PAROLES DE PEINTRES

Posté par sylvie le 10 mars 2015

Je ne peins pas ce que je vois, je peins ce que je pense ..                  PABLO PICASSO

 

Un matin l’un de nous manquant du noir se servit du bleu…l’impressionnisme était né ….. A.RENOIR

 

Un tableau ne vit que par celui qui le regarde ….. PABLO PICASSO

 

La peinture est une poèsie qui se voit au lieu de se sentir, et la poésie est une peinture qui se sent au lieu de se voir. L.DE VIN

 

Peindre n’est pas teindre..  JEAN DUBUFFET

 

Le premier mérite d’un tableau est d’être une fête pour l’oeil….E.DELACROIX

 

Celui qui n’a pas le goût de l’absolu se contente d’une médiocrité tranquille. P.CEZANNE

 

peintre

Celui qui n’a pas le goût de l’absolu se contente d’une médiocrité tranquille. P.CEZANNE

 

Publié dans CITATIONS | Pas de Commentaire »

1...34567...26
 

pas d'histoires entre nous |
journal de la guenon du bou... |
meslivrespreferees |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Because the words are my life
| LA CULTURE ET L'UNIVERSALISME
| ENVIE DE LECTURE