• Accueil
  • > Recherche : inconscient freud

Résultats de votre recherche

LE REVE

Posté par sylvie le 26 mai 2014

Tout le monde rêve! même ceux qui prétendent  le contraire. Ils sont simplement trahis par leur mémoire. L’homme de    toujours, cohabite avec le rêve qui fait partie de son bagage initial. Cette expérience a quelque chose d’unique dans la mesure où le rêve appartient au dormeur et à lui    seul.

Le rêve survient pendant le sommeil, c’est à dire au moment où le conscient se trouve endormi. Le rêve, c’est aussi le moment où l’inconscient va s’animer,    s’exprimer, où les pensées n’ayant plus, apparemment, aucune contrainte s’agitent dans tous les sens. Les images qui vont défiler sur l’écran intérieur de notre esprit n’ont souvent aucune    cohérence. Le rêve parait absurde, embrouillé, ce qui rend son récit difficile à raconter,incommunicable en quelque sorte. Parfois, il nous étonne surtout lorsque nous nous voyons tenir un rôle    étrange , qui ne nous ressemble pas,

Le travail de notre inconscient, pendant notre sommeil, se déroule sans que nous le sachions. Toutefois,l’inconscient se trahit en laissant dans notre mémoire,    des traces des activités psychiques nocturnes, un peu comme des empreintes de doigts dans un verre., et le matin nous nous souvenons de nos rêves, même si ce n’est pas pour longtemps.


Comment se fabriquent nos rêves ? Pour Freud, nos rêves proviennent de désirs refoulés,rejetés, qu’il s’agisse des plus lointains, enracinés dans notre enfance, ou es plus proches, ceux de la    veille. Ces désirs refoulés doivent franchir , comme tous ceux qui surgit de l’inconscient,  l’incontournable censure. Cette dernière correspond au jugement du rêveur éveillé qui    repousserait dans le domaine de l’irréalisable tout élément répréhensible sur le plan moral.. Pour franchir la censure, les désirs refoulés vont user de subterfuges, se masquer, se transformer et    adopter une apparence aussi anodine que possible…  Ce déguisement s’avère d’autant plus nécessaire quand le rêve libère des instincts sexuels..
Le langage du rêve ne s’exprime pas ouvertement. Il prend la forme de symboles… Freud les a répertoriés  grâce aux confidence de ses patients par fréquence d’apparition..


Schématiquement les objets allongés comme les bâtons, les couteaux,  représentent l’organe génital masculin. En revanche, les boites, les vases, les armoires, les tiroirs  et tous les    objets creux figurent le corps féminin…. Les symboles rendent souvent les rêves difficilement déchiffrables.. leur liste est longue et il faut éviter la systématisation de leur interprétation.    L’âme humaine  ne dévoile pas facilement ses secrets..

 

jeune fille rêveuse

Publié dans PSY | Pas de Commentaires »

LACAN

Posté par sylvie le 28 décembre 2008

JACQUES LACAN – médecin et psychiatre  1901 1981

Élevé dans un milieu bourgeois catholique et conservateur, Jacques Lacan commence avec assiduité et rigueur ses études au collège Stanislas.

Il découvre Spinoza à l’âge de quatorze ans et s’initie à une critique de la religion au coté de son père de philo, Jean Barusi . Lisant Nietzsche et confortant son émancipation idéologique , il lui devient de plus en plus difficile d’accepter l’atmosphère religieuse et familiale. Après avoir renoncé à une carrière politique, il intègre le milieu médical, soutient sa thèse de  » La psychose paranoïaque dans ses rapports avec la personnalité » et obtient le titre de médecin légiste.

Après la scission des différentes institutions psychanalytiques, il fonde l’École Freudienne de Paris, commence  » le Séminaire »et fait publier  » Les Écrits »…

Réhabilitant les théories freudiennes contre l’alternative américaine, Jacques Lacan comparera la structure de l’inconscient à l’articulation linguistique et définira la construction du sujet à travers des concepts tels que l’imaginaire, le symbolique et le réel..

L’enseignement de J.LACAN est resté essentiellement oral. En refusant souvent d’être publié, Lacan voulait rester cohérent avec l’enseignement de la psychanalyse fondée sur le colloque et l’émergence de la vérité aux détours du surgissement d la parole …

 

Publié dans PSY | Pas de Commentaires »

L’INCONSCIENT SELON FREUD

Posté par sylvie le 31 juillet 2008

Freud envisage l’inconscient sous différents aspects .

L’inconscient, c’est tout ce qui se situe hors de la conscience. 

L’inconscient comprend des pensées,des représentations qui ne figurent pas parmi les contenus de la conscience, soit d’une façon temporaire, soit d’une façon durable.

L’inconscient se construit. Il se constitue au cours de la vie psychique et surtout pendant l’enfance, peut être même avant la naissance.

L’inconscient : siège des actes refoulés .

Si toutes les pensées ne sont pas inconscientes, elles siègent malgré tout, à) un moment donné, dans l’inconscient. Un acte psychique appartient dans une première phase au système inconscient. Pour passer dans le système conscient, il subit l’épreuve de la censure. Si cette dernière lui refuse le passage, l’acte psychique doit rester dans l’inconscient, on dit qu’il est REFOULE.

Ainsi le refoulement est une force qui exerce un mouvement contraire à celui de l’inconscient qui, lui, se dirige toujours vers la surface par sa tendance spontanée à se manifester. Ces deux mouvements donnent à l’inconscient son aspect dynamique. C’est ainsi que les notions d’énergie ( de désir) et de censure ( opposition à l’énergie du désir) sont inséparables de l’élan vital biologique qui existe en chacun d’entre nous, mais aussi de sa satisfaction et de répression exercées par des  » forces  » opposées, des obstacles.

Pour Freud, tout processus psychique, dont nous constatons les manifestations mais nous ignorons tout, fait partie de l’inconscient. Ainsi certains gestes ou certaines paroles qui nous échappent, que nous prononçons involontairement, révèlent des intentions, des désirs profondément ancrés en nous et dont nous ne connaissons pas l’existence. Pourquoi m’arrive -t-il de dire ou de faire l’inverse de ce que je voudrais consciemment dire ou faire ? Qu »est ce qui m’y pousse ? Ces  » absurdités prennent désormais un sens depuis la découverte de l’inconscient …

Demain la suite de cet article qui est passionnant et important ..

Publié dans PSY | 6 Commentaires »

PSYCHANALYSE FREUDIENNE

Posté par sylvie le 3 juin 2008

A QUI S’ADRESSE LA PSYCHANALYSE ?

Elle s’adresse d’abord aux personnes souffrant de troubles névrotiques, de conflits intérieurs qui rendent leur vie difficile et pénible. La névrose est une construction pour se défendre qui pouvait être utile à un moment de la vie mais qui peut devenir parfaitement inadaptée plus tard à l’âge adulte et causer des souffrances et des difficultés. La névrose est le champ d’action privilégié de la psychanalyse.

La psychanalyse s’adresse aussi à ceux ou celles qui souhaitent simplement, dans un désir d’évolution ou d’épanouissement personnel, se connaître mieux, choisir leur voie et atteindre une meilleure harmonie entre eux et les autres:

Qu’il s’agisse de complexes d’infériorité, d’angoisses, de phobies, de névroses,(trouble mental) de déviations, d’obsessions… Les atteintes de l’âme humaine sont multiples. La psychanalyse se propose de faire remonter du gouffre de l’inconscient les causes, l’origine du mal être. C’est une méthode de recherche destinée à révéler des éléments que l’on croit oubliés, à les faire réapparaître au grand jour afin de les identifier et de les comprendre, un peu à la manière des ethnologues qui sortent précieusement de leurs fouilles un objet fécond en informations.

Mais la tâche s’avère souvent longue et difficile. Les chemins de la connaissance ne s’ouvrent pas aisément à nous car en général nous refusons de nous avouer à nous memes les préoccupations de notre inconscient, nous les refoulons dans les abysses de notre esprit.

Nous verrons dans d’autres articles  à quoi sert la cure psychanalytique; son déroulement ; comment les psy conçoivent l’inconscient  etc ….

Publié dans PHILOSOPHIE | Pas de Commentaires »

JUNG

Posté par sylvie le 26 mai 2008

LA CONCEPTION DE LA VIE PSYCHIQUE DE JUNG

L’originalité de Jung est d’avoir introduit au-delà de l’inconscient individuel étudié par Freud, l’inconscient collectif qui represente la stratification des expériences millenaires de l’humanité. « si l’inconscient pouvait être personnifie, il prendrait les traits d’un être humain collectif vivant en marge de la specification des sexes, de la jeunesse, et de la vieillesse, de la naissance et de la mort » cette sagesse s’exprime a travers un petit nombre de themes privilégies que Jung nomme archetypes et qui se répetent identiques à eux memes.Les archetypes sont   hereditaires, leur somme represente l’inconscient collectif,ils representent les categories de l’imagination ;

LA METHODE THERAPEUTIQUE DE JUNG

La psychologie psychanalytique, methode thérapeutique mise au point par Jung a pour but de permettre à l’homme de renouer avec les racines de lui même, c’est à dire avec son inconscient. Jung considere que l’homme en integrant à son moi l’anima et l’ombre, et en prenant conscience des exigences des archetypes en lui , peut acceder à la totalité de sa personnalité consciente et inconsciente qu’il appelle le « soi » . L’acces au  » soi  » est le résultat d’une maturation psychologique de longue haleine, nécessitant une profonde réflexion sur soi meme et qui ne va pas sans angoisse, que le therapeute aide à supporter en faisant accepter au patient les aspects peu favorables de lui meme.

Jung a mis au point la technique des associations libres afin de faciliter l’acces à l’inconscient. Le therapeute lit une liste de mots inducteurs auxquels le patient doit répondre immédiatement par les premiers mots qui lui passent par la tete. Un retard à fournir une réponse ,, une association inhabituelle, des signes d’émotion ou l’oubli d’une association fournie peuvent indiquer que le mot inducteur  évoque une zone complexuelle ou complexe  . Lorsqu’il a cerné une zone comple, il peut en fournissant lui meme des associations judicieuses aux associations de son patient amener celui ci   à une plus forte décharge émotionnelle et permettre ainsi une prise de conscience plus nette du contenu psychique refoulé.

Jung , tout comme Freud, considere que le rêve est une voie d’accès sans pareille à l’inconscient individuel , car il peut exprimer des figures archetypes. Le rêve, expression de la sagesse de l’inconscient collectif, est une tentative pour résoudre les conflits psychiques, ce qui lui confere sa valeur prémonitoire.

Publié dans PSY | 3 Commentaires »

LA CONSCIENCE ET L’INCONSCIENCE

Posté par sylvie le 25 février 2008

LA CONSCIENCE ET L’INCONSCIENT

L’homme , dans la mesure ou il est conscient, c’est à dire capable de se prendre pour objet de pensée, n’est plus simplement dans le monde comme une chose ou un simple être vivant, mais il est au contraire devant le monde : la conscience, c »est la distance qui existe entre moi et moi même et entre moi et le monde.

1 – LA CONSCIENCE FAIT ELLE LA GRANDEUR OU LA MISÈRE DE L’HOMME?

Pascal répond qu’elle fait à la fois l’une et l’autre. Parce qu’elle rend l’homme responsable de ses actes, la conscience définit l’essence de l’homme et fait sa dignité. J’ai conscience de ce que fais et peux en répondre devant le tribunal de ma conscience et le tribunal des hommes: seul l’homme a accès à la dimension de la spiritualité et de la moralité. Pourtant, parce qu’elle l’arrache à l’innocence du monde naturel, l’homme connaît aussi par elle sa misère, sa disproportion à l’égard de l’univers, et surtout le fait qu’il aura à mourir.

2 – LA CONSCIENCE QUE J’AI D’EXISTER PEUT ELLE ËTRE REMISE EN DOUTE?

Descartes,au terme de la démarche du doute méthodique, découvre le caractère absolument certain de l’existence du sujet pensant;  » je pense , donc je suis ». Quand bien même tout ce en quoi je crois n’aurait pas plus  de verité que le contenu de mes songes, une certitude demeure, celle que j’existe et aucun doute, aussi exagéré soit -il ne peut la remettre en cause. Descartes fait ainsi du phénomène de la conscience de soi le fondement inébranlable de la verité sur lequel toute connaissance doit prendre modèle pour s’édifier.

COMMENT CONCEVOIR LA CONSCIENCE ?

Que je sois certain que j’existe ne me dit pas encore qui je suis. Descartes répond que je suis une substance pensante absolument distincte du corps. Pourtant en faisant ainsi de la conscience une  » chose » existant indépendamment du corps et repliée sur elle même, DESCARTES ne rate t-il pas nature même de la conscience, comme ouverture sur le monde et sur soi? C’est ce que   hUSSERL va essayer de montrer :loin d’ »être une chose ou une substance, la conscience est une activité de projection vers les choses. Elle est toujours au delà d’elle même, qu’elle se projette vers le monde, ses souvenirs ou l’avenir.

QU’EST CE QUE L’INCONSCIENT FREUDIEN ?

L’inconscient n’est pas seulement le non conscient: la majeure partie de mes souvenirs n’est pas présente actuellement à ma conscience, mais ils sont disponibles ( c’est le préconscient).

L’inconscient forme un système indépendant qui ne peut pas devenir conscient sur une simple injonction du sujet parce qu’il a été refoulé. C’est une force psychique active, pulsionnelle, résultat d’un conflit intérieur à l’être humain entre des desirs qui cherchent à se satisfaire et une personnalité qui leur oppose une résistance. L’inconscient ne pourra s’exprimer qu’indirectement dans les rêves, les lapsus et les symptomes névrotiques. Seule , l’intervention d’un tiers, le psychanalyste peut me délivrer de ce con flit entre moi et moi même que Freud suppose en tout homme.

LA CITATION :

 » l’homme est à la fois le plus proche et le plus éloigné de lui même

Publié dans PHILOSOPHIE | Pas de Commentaires »

JUNG

Posté par sylvie le 19 février 2008

CARL GUSTAV JUNG

Issu d’une famille de protestants, Jung étudie au collège de Bâle et s’intéresse à l’histoire et à la mythologie. Poursuivant des etudes de médecine il s’oriente vers la psychanalyse et devient rapidement assistant à l’hopital psychiatrique. Présenté à Freud il est considère par ce dernier comme son successeur. Toutefois les différences s’accumulent, Jung s’oppose à l’interprétation sexuelle du médecin viennois.

il entreprend de nombreux voyages ethnographique, au Kenya et en Inde qui lui permettent de mieux formaliser sa pensée.

En 1921 il expose dans  » les types psychologiques un inconscient défini par les pensées, les sensations, l’intuition et les sentiments et divise entre extraversion et introversion.  Avec  » l’énergie psychique » il soumet l’hypothèse de l’existence de deux formes d’inconscient, celui personnel et celui collectif, mémoire de l’humanité véhiculant les grands archétypes mythologiques.

Il devient le fondateur de la psychologie analytique.

SES  CITATIONS :

 » l’homme mérite qu’il se soucie de lui même car il porte dans son ame les germes de son devenir  »

« Il est assez stérile d’étiqueter les gens et de les presser dans des catégories. »

 » Sans émotions, il est impossible de transformer les ténèbres en lumière et l’apathie en mouvement ».

« et qui donc de nos jours a la parfaite certitude de ne pas être névrosé ?’

Publié dans PHILOSOPHIE | Pas de Commentaires »

 

pas d'histoires entre nous |
journal de la guenon du bou... |
meslivrespreferees |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Because the words are my life
| LA CULTURE ET L'UNIVERSALISME
| ENVIE DE LECTURE